Dans une résolution 2653 des Nations Unies, des gros requins sont dans le filet de la communauté internationale en Haïti. Dans le cadre de l’application de la résolution 2653 du conseil de sécurité des Nations Unies sur l’insécurité en Haïti en date du 21 octobre 2022 votée à l’unanimité est réellement sur le point de s’appliquer, car les ambassades du Canada et des États Unis vont passer à l’action.

Le 14 novembre 2022, le Canada a intégré dans le droit canadien, en vertu de la Loi sur les Nations Unies, la Résolution 2653 du Conseil de sécurité des Nations Unies prévoyant des sanctions en réponse à la conduite inacceptable de gangs criminels armés en Haïti.

La ministre des Affaires étrangères, l’honorable Mélanie Joly, a annoncé ce weekend que le Canada imposerait des sanctions supplémentaires, en vertu du Règlement sur les mesures économiques spéciales visant Haïti, en réponse à la conduite inacceptable des membres de l’élite politique haïtienne qui apportent un soutien financier et opérationnel illicite à des gangs armés.

Les sanctions prises aujourd’hui visent à mettre fin au flux de capitaux et d’armes illicites ainsi qu’à affaiblir et à mettre hors d’état de nuire les gangs criminels d’Haïti. Le gouvernement du Canada envisagera l’imposition de nouvelles sanctions contre d’autres personnes et entités…, de même que d’autres mesures, pour faire pression sur les responsables de la violence et de l’insécurité persistantes en Haïti.

Des listes des noms de grandes personnalités politiques d’Haïti et des membres du gouvernement de facto en place qui sont déjà sous sanction en circulation depuis le début du mois de novembre 2022, des membres du gouvernement d’Ariel Henry sont interdits de voyager et d’autres indexés dans le dossier de l’insécurité en Haïti.

Parmis eux, l’ex-Ministre de la justice, Me Bertho Dorcé, le Ministre de l’intérieur Litz Quitel, le Ministre de la Planification, Mr Ricard Pierre. Par la suite, on allait entendre des grands noms de la classe politique haïtienne sous sanction, c’est le cas du Président du Sénat, Mr Joseph Lambert l’ancien président du sénat, Youri Latortue et du militant politique.

Les sanctions contre les personnes sus-citées, le doute planait sur le sérieux des ambassades des États-Unis et du Canada dans l’application de la résolution 2653 du Conseil de sécurité des Nations-Unies.

Dans le cadre de l’application de la résolution 2653 du conseil de sécurité des Nations Unies visant à prendre des sanctions contre les gangs armés et tous ceux qui supportent ou impliqués dans l’insécurité en Haïti d’une manière ou d’une autre, il y a actuellement des gros requins dans le filet de la communauté internationale, dont l’ex-président Michel Martelly, l’exdPremier Ministre Laurent Lamothe, l’ex-Premier Ministre et Ancien candidat à la présidence le Notaire Jean Henry Céant.

Ces sanctions donnant une nouvelle allure à la résolution de la crise politique haïtienne et l’éradication de l’insécurité dans le pays. Mais, il reste des pas décisifs à affranchir dans cette affaire, spécialement la saisine du dossier par la justice haïtienne.

Il reste à suivre…

Par Eben-Ezer Delice

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook