Le dimanche 25 septembre 2022, lors d’un point de presse accordée sur la place de Vertières, dans le département du Nord d’Haïti, l’ancien sénateur Moïse Jean-Charles surnommé le “Bombardier du Nord” annonce trois journées de villes mortes en Haïti. Selon l’ancien sénateur du Nord, la population haïtienne doit regagner les rues en vue de réclamer le départ sans condition du premier ministre de facto Ariel Henry, qui est incapable de résoudre la crise multidimensionnelle que connaît le pays.

D’après l’homme fort de l’opposition haïtienne, nous serons tous morts de faim et de l’insécurité généralisée dans laquelle le pays se trouve actuellement, si Ariel Henry resterait au pouvoir. Au cours de ce point de presse, le leader politique en question profite de l’occasion pour dénoncer un plan machiavélique à l’encontre de sa personne.

En effet, l’ancien parlementaire Moïse Jean-Charles surnommé le paysan socialiste rénovateur par certains de ses partisans et sympathisants, a déclaré que le premier ministre Ariel Henry et le secteur privé des affaires sont les principaux responsables du marasme du peuple haïtien.” Nous avons toujours besoin des personnes qui ont la capacité de prévisibilité. Lorsque je déclare que nous avons besoin de ces genres de personnes c’est parce qu’elles peuvent prédire l’avenir. Peuple haïtien, je suis présent en vue de vous annoncer une réalité. Sur ce, peuple haïtien nous devons contrecarrer d’ Ariel Henry, les banques commerciales et le secteur privé des affaires. Nous ne pouvons pas rentrer dans un jeu d’enfant, sinon nous mourons tous de faim et de l’insécurité”, a déclaré l’ancien sénateur du Nord, Moïse Jean-Charles sur un ton ferme.

“Le Bombadier du Nord” demande à la population haïtienne de prendre conscience afin de faire tomber Ariel Henry au pouvoir pour que les décisions d’augmentation du prix des produits pétroliers par le gouvernement en place ne soit appliquées.”Nous devons entendre la raison. Nous devons remarquer que dans le dossier des produits pétroliers, Ariel Henry fait effondrer chaque famille qui existe dans le pays. Lorsque les nouveaux prix des produits pétroliers seront appliqués, nous allons besoin de 300 gourdes pour payer une course de taxi-moto en vue de mener un enfant à l’école”, a indiqué l’ancien parlementaire et l’ancien candidat à la présidence, Moïse Jean-Charles.

D’un autre côté, l’homme fort de l’opposition de la politique haïtienne questionne le peuple haïtien de manière générale. En ce qui concerne les mesures du gouvernement d’Ariel Henry, selon lui qui seront un plan de mortalité au sein de la population haïtienne.” Peuple haïtien, est-ce que nous ne voyons pas qu’ils veulent mettre fin à nos vies? Vue la note de la chambre de commerce du département de l’Ouest , ces hommes d’ affaires donnes leur support à Ariel Henry pour l’augmentation des produits pétroliers, ils encouragent aussi le gouvernement en place à prendre des mesures contre certains leaders politiques qui soutiennent les revendications du peuple haïtien”, a martelé “le Bombardier du Nord” dans ce point de presse susmentioné.

Par rapport à la situation dans laquelle le peuple haïtien se trouve maintenant. L’ancien parlementaire et opposant historique du pouvoir PHTK qui se fait connaître comme un leader anti-impérialiste occidentale, présente deux choix au peuple haïtien.” Peuple haïtien, je vous présente deux choix, mettre Ariel Henry dehors dans le pays ou nous mourrons tous. Nous sommes tous de la même situation, je prévois que lorsque le gouvernement et les banques commerciales augmenteront le dollar à 200 et 250 gourdes, nous allons tous mourir de faim”, laisse comprendre l’ancien maire de Milot et l’ancien sénateur du Nord, Moïse Jean-Charles, entouré de ses partisans et sympathisants à Vertières dans le point de presse indiqué.

Par ailleurs, le dirigeant du parti politique ” Pitit Dessalines” dénonce énergiquement les menaces d’assassinat qui ne cessent pas de multiplier à l’encontre de sa personne. “Chaque soir, il y a beaucoup de drones qui parcourent les parages de ma maison dans le département du Nord. Ça ne peut pas nous intimider, avant hier il y avait plusieurs drones qui ont parcourus les parages de ma maison et la barrière de “Batan”, il y avait une autre qui a été signalé toute la commune de Milot. Il y avait également des voitures non immatriculées dans ces zones. Je dénonce ces genres de choses là, Moïse Jean-Charles est le fils de Dessalines”, a déclaré constamment Moïse Jean-Charles, le leader politique du parti “Pitit Desalin” dans un point de presse à Vertière, le département du Nord d’Haïti, le dimanche 15 septembre 2022.

Wilnor MEDILIEN

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook