Le président colombien Gustavo Petro a présenté via son compte twitter, mercredi dernier, ses excuses à Haïti pour l’assassinat du président Jovenel Moïse, puisque des mercennaires colombiens en sont inculpés. Moins de 48 heures après, le fils du président défunt, Joverlein Moïse a réagit et n’accepte pas les excuses du président colombien en continuant à demander justice pour son père.

Plus d’un an après que des mercenaires colombiens ont été accusés d’avoir assassiné le président Jovenel Moïse dans sa résidence à pèlerin 5, le président colombien Gustavo Petro s’est excusé à la nation haïtienne mercredi dernier sur twitter.
De son côté, Joverlein Moïse fils ainé du président assassiné, après avoir lu les excuses du président Gustavo Petro, n’a pas pris de temps pour y réagir.

En effet, dans une note circulant hier sur les réseaux sociaux, Joverlein Moïse demande justice pour son père et fait savoir qu’il ne veut pas des excuses. << En tant que fils et citoyen haïtien, je demande justice, pas des excuses >>.

Plus loin ,dans cette note, Joverlein Moïse pose des interrogations sur l’assassinat de son père en affirmant que lui et son équipe juridique veulent des réponses à ces questions:

Existe-t-il un résultat d’enquête internationale confirmant que le président Moïse a bel et bien été assassiné par des mercenaires colombiens ? Si oui, qui a commandité l’assassinat ? D’où ?
Qu’en est-il de l’implication de la compagnie américaine CTU ( Counter Terrorism Unit) ? Qui a payé ? Pourquoi ?

<< Nous voulons, avons besoin et exigeons justice et réponses >>. a conclut la note.

Cependant, l’enquête sur l’assassinat de Jovenel Moïse est toujours dans l’impasse , des dénonciations, des noms ont été cités, mais l’enquête peine à avancer et selon Pierre Esperance des auteurs intellectuels et assassins marchent toujours dans les rues.

Par: Fegens DUPICHE

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook