Au cours de la semaine dernière, le jeudi 15 septembre 2022, la présence du puissant de gang Djimmy Cherisier a été remarquée en tête d’ une manifestation dans plusieurs zones métropolitaines de Port-au-Prince, la Capitale d’Haïti, dont le Bas-de-Delmas, le fief du célèbre chef gang en question. Selon Pierre Espérance, le directeur exécutif du Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDH), la démonstration de force du malfrat Djimmy Cherisier ,dit Barbecue, était l’œuvre du gouvernement du premier ministre de facto, Ariel Henry. L ‘infiltration du mouvement populaire visant le retrait de la décision d’augmentation du prix des produits pétroliers par le pouvoir en place et le départ d’Ariel Henry qui est incapable de résoudre la crise que connaît Haïti, est l’œuvre des autorités concernées, déclare Pierre Espérance sur la Radio Kiskeya.

En effet, la coalition G-9 en famille et alliés que dirige le puissant de gang Djimmy Cherisier dit Barbecue a été remarquée à la tête d’une grande manifestation contre le pouvoir d’Ariel Henry. Cependant, le directeur exécutif du Réseau Nationale de Défense des Droits Humains (RNDDH) affirme le contraire. “Le défilé des bandits armés du G-9 s’inscrit dans le cadre d’un ensemble de manoeuvres du gouvernement visant à décrédibiliser la contestation populaire”, laisse entendre Pierre Espérance le directeur exécutif du (RNDDH).

D’après Pierre Espérance, la bande à Djimmy Cherisier a été payé par le pouvoir d’Ariel Henry en vue de regagner les rues de la Capitale avec leurs armes de guerre. Le défenseur des Droits Humains précité appelle la population haïtienne à être vigilante et à agir avec beaucoup d’intelligence tout en défendant
leurs droits démocratiques qui se sont bafoués.

Pierre Espérance appelle la communauté internationale à prendre en considération le cas d’Haïti par rapport à l’insécurité généralisée de l’Etat et la corruption qui gangrène l’administration publique. “L’insécurité d’État imposée, la corruption qui gangrène l’administration publique, la mauvaise gouvernance instituée”, a t-il déclaré.

Soulignons que le premier ministre de facto Ariel Henry ignore complètement les revendications de la population haïtienne. Selon lui, ce sont des chefs de gang qui étaient en tête de plusieurs mouvements de protestations contre son pouvoir. Soit un jour, après le discours du premier ministre d’Ariel Henry, monsieur Anthonio Gutteres le, secrétaire général de l’ONU, dans une interview accordée à RFI et France24, a souligné que ce sont des chefs de gangs qui avaient regagné les rues contre le pouvoir en place.

Wilnor MEDILIEN

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook