Dans une note de presse publiée ce jeudi 8 septembre 2022, la structure dénommée “Nou P ap Konplis” dit condamner avec véhémence, la force excessive utilisée par la police lors du mouvement de protestation du mercredi 7 septembre 2022 au cours duquel la police a tiré avec balles réelles sur le journaliste Lully Ménard et le journaliste de la Radio Zénith, Yvenson Joinvil et plusieurs autres manifestants dans plusieurs autres départements. Ladite structure encourage les organisations de droits humains à apporter leur collaboration dans l’enquête sur les brutalités policières lors de la journée de mobilisation organisée contre la cherté de vie, l’insécurité et la rareté de carburant en date du 7 septembre 2022.

Dans cette note de dénonciation, Nou P ap Konplis souligne que le droit de manifester est garanti dans la constitution amendée de 1987. ” L’action de la police à la fois légitime et légale ne devrait pas empiéter sur sa mission qui est de servir et de protéger, conformément à la prescription de l’article 7 alinéa 1 sur l’assurance de la protection et au respect de la liberté des personne, des vies et des biens”, a rappelé Nou P ap Konplis au directeur général de PNH, Frantz Elbe ajoutant que:” Prescrit par la loi du 28 novembre 1994 portant sur la création de l’ organisation et fonctionnement de la Police Nationale, ⁶publiée dans le journal Le Moniteur du numéro 103 du 28 décembre 1994. La police ne peut en aucun cas donner des ordres manifestement illégaux.

Compte tenu de ces prescriptions constitutionnelles, Nou P ap konplis demande aux véritables organisations de défense des droits humains de jouer leur rôle dans l’enquête sur les violations graves des forces de l’ordre lors de la journée de mobilisation du 7 septembre, et recommande que l’inspection générale se prononce également sur les cas des divers policiers qui ont participé à des actes de brutalité policière au préjudice da la population haïtienne.

Pour finir, Nou P ap Konplis dit croire que la mobilisation du peuple haïtien est légitime et doit se poursuivre jusqu’à ce que les revendications des citoyens soient satisfaites.

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook