Ce lundi 5 Septembre 2022, les habitants de Port-de-Paix se sont réveillés sous les pneus enflammés, ils réclament le retour des deux bateaux confisqués par les autorités haïtiennes tôt ce lundi. Ces manifestants qui affirment que l’éducation de leurs enfants et l’économie du département dépendent des différents bateaux qui assurent le transport Miami-Haïti, pour le département, prévoient de paralyser toute les activités, si les bateaux El Shadaï et Miss Lili ne reviennent pas au port de Port-de-Paix.

« Depuis la nuit des temps, les habitants du département du Nord-Ouest ne vivent que de l’étranger. L ‘économie du département dépend de ce qui vient de l’étranger », affirme Berothie Lynne Lucas, qui confirme que plus de 90% des habitants de Port-de-Paix et ses environs dépendent des marchandises venant de l’étranger à travers ses bateaux. « confisqués ces bateaux c’est priver les habitants de leurs finances, de leur éducation et encouragent l’insécurité en général», explique-t-elle.

En effet, Mme Berothie Lucas, sans langue de bois, affirme que les armes et munitions retrouvées dans le Bateau Miss Lili appartenaient à une des autorités de l’État, selon la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ). Plusieurs personnes ont été révoquées et arrêtées dans ce dossier. Les bateaux ne peuvent pas être confisqués alors qu’ils desservent une population déjà vulnérable, privée d’électricité, d’infrastructures routières etc.

« Pourquoi les autorités qui devraient recevoir les armes et munitions dans le bateau Miss Lili n’ont pas été pas dénoncées ainsi que leurs complices? Se demande-t-elle. Ses armes et munitions avaient un expéditeur et un destinataire, les bateaux doivent continuer leur travail autant que les enquêteurs de la Police,» a-t-elle déclaré.

Rappelons que, le bateau Miss Lili confisqué par la Police avec une quantité d’armes et de munitions et a été saisi par la police. Les propriétaires ont été arrêtés puis relâchés par l’ex-commissaire du gouvernement, Virgile , sous demande du secrétaire général du Barreau de Port-au-Prince, Me Robinson Pierre Louis, tous deux incarcérés au Pénitencier national.

Wallace Elie.

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook