C’est confirmé. Jeffly Mazarin, l’une des deux personnes qui ont été brûlées par des individus non identifiés dans une maison de change à Delmas 33, est passée de vie à trépas. Selon une source bien informée, l’autre victime est toujours en vie mais se trouvait dans un état très critique.

Le 31 août 2022, des individus non identifiés ont mis le feu sur deux jeunes garçons, dont Jeffly Mazarin, qui travaillaient dans un bureau de change situé à Delmas 33. L’attaque a été perpétrée par deux hommes qui sont venus acheter du dollar américain audit bureau.

L’ un de ces individus était accompagné d’un gallon de gazoline. Après des discussions, l’un deux a fourré le gallon d’essence dans l’espace où les caissiers ont l’habitude de servir les clients et a fait pression sur le gallon et l’autre individu a allumé une allumette, a expliqué une source familiale à notre rédaction.

“Jeffly Mazarin était imbibé du gaz parce que c’était lui qui était plus près des des individus. Le gaz a franchi dans sa bouche ce qui explique pourquoi ses dents sont tombées lorsque les individus ont mis le feu”, a ajouté cette source estimant que l’action a été préméditée par les individus.

Tout cela est arrivé par le fait que les individus n’ont pas trouvé de dollars américains qu’ils étaient venus acheter audit bureau.

Grièvement blessés, Jeff Mazarin et l’autre agent dudit bureau ont été transportés d’urgence à l’hôpital. Selon les informations reçues par la salle rédaction de Mano Actualité, Jeff Mazarin a rendu l’âme des suites de ses blessures le mercredi 31 août 2022.

Âgé de 28 ans, Jeffly Mazarin a été élevé par sa mère car son père avait décliné la grossesse de sa mère. Cette dernière avait deux (2) seuls garçons. Jeffly en était le premier.

Toujours selon nos informations, Jeffly a terminé ses études classiques et a étudié le journalisme.

Pour l’heure, la famille de Jeff Mazarin ne peut retenir les larmes. Elle demande aux autorités judiciaires d’ouvrir une enquête autour de cet acte afin d’identifier les coupables et les traîner devant la justice.

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook