Ce mercredi 24 août, le leader du Parti Pitit Dessalines, ancien Sénateur et ancien Candidat à la présidence, Jean Charles Moïse a été reçu à l’émission Panel Magik diffusée sur les ondes de la Radio Magik 9.

Le leader a pris le soin de mettre les points sur les “i” et les barres sur les “T” à propos de certaines choses qu’on lui reproche dans l’opinion publique. Il a répondu d’un ton calme à toutes les questions qui lui ont été posées.

Questioné sur sa monnaie “bit goud”, le leader du Parti Pitit Dessalines a déclaré que plusieurs obstacles empêchaient la mise en marche de ce système monétaire. D’abord, il parle de la mort de l’ex-président assassiné Jovenel Moïse qui a occupé toute l’opinion publique. Ensuite, il parle du tremblement de terre du 14 août 2021 qui a ravagé le grand Sud. Enfin, il parle de la question de “cryptomonnaie” qui perd considérablement de sa valeur. En terme d’illustration, il a parlé de la chute néfaste du “bitcoin”.

Le leader Jean Charles Moïse, surnommé le bombardier du Nord, a précisé que la bit-goud serait une monnaie alternative. Elle permettra à Haïti de développer des rapports avec les cryptomonnaies du Vénézuela et de la Chine, dit-il.

Plus loin, il a répondu aux questions concernant la monopolisation du dollar. Sur ce, le leader a déclaré que le dollar était monopolisé par l’Etat et la bourgeoisie en vue d’empêcher la classe moyenne d’émerger. En d’autres termes, il est monté au créneau contre Jean Baden Dubois, le gouverneur de la banque centrale.

Selon le leader de Pitit Dessalines, la Banque de la République d’Haïti (BRH) surnommée banque centrale, ne fait que chercher une solution cosmétique à la rareté du dollar. Il déclare qu’il jette les décisions de la BRH dans les poubelles de l’histoire.

Par ailleurs, le bombardier du Nord a fait savoir que les solutions de la BRH, notamment l’injection de plusieurs millions dans l’économie, n’étaient qu’une solution cosmétique qui peut durer environ 15 jours. Pour le leader du Nord, la BRH ne fait que partager des dollars entre ces amis à travers ces genres de décision.

De surcroît, il conseille d’investir l’argent qu’on va injecter dans l’économie dans les plaines de l’Artibonite ou dans la Grand-Anse afin d’encourager la production nationale.

Le leader de Pitit Dessalines n’est pas resté indifférent face aux critiques qui l’assimilent à un détenteur direct du Ministère de l’intérieur et des collectivités territoriales (MICT). Il nie toute implication dans le pouvoir en cours. Il a fait savoir qu’il connaissait parfaitement les dangers des gouvernements de transition. Il a pris comme exemple Daniel Fignolé.

Bernado TINTIN

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook