Ce lundi 22 août, plusieurs milliers d’habitants de la ville de Petit-goâve ont gagné les rues pour protester,entre autres, contre l’insécurité, la cherté de la vie et la dépréciation de la gourde face au dollar.

Pancartes en mains, une foule accompagnée de musique a mis les pieds sur terre pour exiger le départ d’Ariel Henry, l’actuel Premier Ministre du pays. Les gens chantent et brandissent leurs pancartes en vue d’exprimer leurs frustrations. “Aba ensekirite, kidnapin, blakawout ak vyolans sou fanm”, peut-on lire dans l’une des pancartes.

Cette manifestation a mis en branle des gens de toutes les classes sociales. Les femmes n’ont pas caché leur frustration. “Aba lavi chè, aba Ariel Henry, tout lekòl pri monte, nou pa kapab ankò”, c’est le cri d’une femme qui expprine sa colère au micro du journaliste Guyto Mathieu de Petit-goâve.

Soulignons que le prix des produits de première nécessité n’a pas cessé de monter à une vitesse vertigineuse. Le riz, le haricot, l’huile, le maïs; tout est cher. Du coup, la population se trouve dans une situation d’insécurité alimentaire.

Par ailleurs, une autre journée de protestation est prévue à Petit-goâve pour le mardi 23 août prochain. Il est à préciser qu’une foule de manifestants en provenance de Vialet, deuxième section de la commune de Petit-goâve, ont également gagné les rues pour fusionner avec le groupe de la ville. Tout cela se fait en signe de protestation contre le gouvernement d’Ariel Henry qui, selon les habitants, n’a rien fait pour combattre l’insécurité et la vie chère qui les frappent de plein fouet.

Bernado TINTIN

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook