Des citoyens venant de différentes zones de la région métropolitaine de Port-au-Prince ont manifesté ce lundi 22 août 202, dans les rues de la capitale contre la cherté de vie, la rareté du carburant, l’insécurité qui prévaut dans le pays et,du coup, exiger la démission du Premier Ministre Ariel Henry.

Ce lundi 22 août marquant le 231ème anniversaire du soulèvement collectif contre l’esclavage à Saint Domingue( Haïti actuellement), des citoyens de plusieurs zones de la capitale ont foulé le macadam de l’autoroute de delmas, Petion-Ville, Bourdon, Lalue, champ-de-mars, pour dénoncer la montée en puissance du prix des produits alimentaires, la rareté du carburant et d’exiger le départ du PM Ariel Henry.

Les protestataires ont défilé sur l’autoroute de delmas en dressant des pierres, des barricades de pneus enflammés et des déchets sur la chaussée la route de Delmas. Au niveau de Delmas 47, les forces de l’ordre ont contraint les protestataires de traverser l’autoroute de Delmas. Frustrés, les manifestants ont lancé des pierres en direction des agents de l’ordre. En réaction, les policiers ont bombardé les manifestants avec des bonbonnes de gaz lacrymogènes.

Ils ont sévèrement critiqué les autorités du gouvernement en place qui n’ont rien fait pour améliorer les conditions de vie de la population. Révoltés, fatigués de la nonchalance du Premier Ministre Ariel Henry face à la misère de la population, les manifestants ont réclamé haut et fort la démission sans condition du chef du gouvernement haïtien.

“Nou grangou, nou pa kapab ankò.”, scandent les manifestants avant de crier:” Kisa Ariel Henry te ye pou nou voye l ale. Kisa Ariel Henry te ye pou nou pa voye l ale”.

Avant de clôturer cette journée de manifestation au champs-de-mars, les protestataires ont demandé à la population de rester mobilisée afin de réclamer le départ du chef du gouvernement haitien et de meilleures conditions de vie.

Il faut noter qu’un militant a été tué lors de ce mouvement, à delmas 38. Il s’agit de Nelson Charles. Ce dernier avait reçu un projectile à delmas 38. Un acte qui a été sévèrement dénoncé par les autres manifestants.

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook