Ce vendredi 19 août 2022, Kim Yo-Jong, l’influente sœur du président Nord Coréen, a rejeté catégoriquement une offre d’aide économique du Séoul. Cette proposition d’offre est formulée par le gouvernement de la Corée du Sud. Celle-ci s’agit d’une aide économique en échange de la dénucléarisation de la Corée du Nord.

Le président de la Corée du Sud, Yoon Suk-yeol avait proposé cette semaine à la Corée du Nord un projet d’aide en aliments, énergie et infrastructures si les autorités nord-coréennes abandonnent leur programme nucléaire. Cette offre est un “sommet d’absurdité”, selon la réaction de Kim Yo-jong, la puissante sœur Kim Jong-un.

L ‘offre en question a été formulée pour la première fois au mois de mai de l’année dernière par par M. Yoon au cours de son discours inaugural. Depuis un certain temps, la Corée du Nord a affirmé qu’elle n’accepterait du tout la proposition d’aide précitée. “Quand on pense que le plan pour troquer une “coopération économique” contre notre honneur, nos armes nucléaires, est le grand rêve, l’espoir et le plan de Yoon, on se rend compte qu’il est vraiment simple et encore puéril”, a déclaré Kim Yo-Jong, cité par l’agence presse officielle de la Corée du Nord KCNA.

Selon la petite sœur du chef de l’Etat nord-coréen, il est impossible de s’asseoir avec le président sud-coréen. “Il est clair que nous n’allons pas nous asseoir face à face avec lui”, lâche t-elle.

« Nul ne troque son destin contre des galettes de maïs”, a-t-elle affirmé. D’un autre côté, le bureau de la présidence de la Corée du Sud exprime son “profond regret” face aux déclarations “désobligeantes” de Kim Yo-Jong; cependant il a ajouté que l’offre d’une aide économique tenait encore. Une telle attitude de la part de la Corée du Nord ne contribue ni à la paix ni à la prospérité de la péninsule coréenne, ni à son propre avenir. Elle ne fait que promouvoir son isolement sur la scène internationale”, a ajouté le bureau dans sa déclaration.

Soulignons que la semaine précédente, la Corée du Nord a menacé d’exercer des représailles “mortelles” contre de la Corée du Sud, qu’elle tient pour responsable d’une récente poussée de la Covid-19 sur son territoire. Cette menace est survenue alors qu’en juillet, Kim Jong-un déclarait que son pays était ” prêt à déployer” sa force de dissuasion nucléaire en cas d’affrontement militaire avec les États-Unis et la Corée du Sud.

Il est à rappeler que le mercredi 17 août 2022, la Corée du Nord a procédé à la réussite du tire de deux missiles de croisière.

Bernado TINTIN

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook