Desormais, Maitre Loubenson Élysée est chargé d’instruire le dossier d’assassinat de Me Monferrier Dorval. Le doyen du Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince en a décidé ainsi.L’instruction de ce dossier et celui du président de la république Jovenel Moïse, lui-même assassiné et auparavant pointé du doigt dans le meurtre du batonnier fait coulé le suspens dans la république.

La justice haïtienne se trouve à un carrefour décisif de son histoire. À le dossier petrocaribe, elle est soumise à l’obligation de tout faire pout redorer son blason dans le traitement des dossiers d’assassinat de maitre Monferrier Dorval et du président de la république Jovenel Moïse. Deux dossiers ayant chacun une portée internationale. Donc, suivis de prêt par des pays et des institutions internationales intéressées.
Pour maitre Dorval, la Fédération internationale des barreaux attend l’aboutissement de l’enquête sur son assassinat et avait même recommandé une commission d’enquête internationale. S’agissant de Jovenel Moïse, le fait que des individus en provenance de plusieurs pays dont les USA, la République Dominicaine et la Colombie y soient impliqués, fixent leurs projecteurs sur la justice haïtienne.

Ce mercredi 6 Octobre, la veuve du président Jovenel Moïse à été cabinet d’instruction pour répondre aux questions du juge Gary Orélien. Plusieurs personnes avant elle accusées d’implication dans l’assassinat ont été entendues. Parmi eux, Laguel Civil, Dimitri Hérard. La justice est toujours à la recherche d’autres qui préfèrent prendre le maquis sous prétexte qu’il s’agit de persécution politique ou de manœuvre de diversion. A ce niveau, les noms de l’actuel premier ministre intérimaire, Ariel Henry, de l’homme d’affaires Reginald Boulos et de Jean Félix Badio sont inscrits en grandes lettres. Selon certaines sources, le dernier cité circulait encore dans la ville accompagné d’un commando qui assure sa protection. Il continuerait même d’entreprendre de très bonne relation avec le chef de la primature. Rappelons que selon les relevés d’appels de ces deux personnalités dans la période compris entre le 1er Juillet au 14 Aout 2021, elles se sont appeles plus d’une dizaine de fois y compris des appels passés dans la nuit même de l’assassinat.
Si dans un premier temps, le dr Henry avait nié reconnaître le nommé Badio, lors d’une interview accordée à Scoop FM il assure non seulement le connaître mais se doutait également de sa capacité à financer un complot ayant coûté la vie au président Jovenel Moïse. Récemment, dans une autre interview accordée à la chaîne américaine CNN, il a même évoqué la possibilité de relâcher les présumés mercenaires colombiens. D’où, toute la complexité de cette affaire. Le premier ministre est-il vraiment sincère quand il prétend vouloir rendre justice au président de la république? Pourquoi a-t-il révoqué le commissaire du gouvernement, maître Bedford Claude, le ministre de la justice Rockefeller Vincent et le secrétaire général du conseil des ministres Renald Luberice? Pourquoi fait-il preuve d’une telle velléité à vouloir prendre le contrôle du palais national? Autant de questions que se posent certains observateurs pour la plupart très sceptiques quant à la volonté du numéro 1 de la primature de rendre justice au chef de l’État assassiné en sa résidence privée à Pétion-Ville quelques jours après l’avoir nommé au poste qu’il occupe jusqu’à présent. Ariel Henry se présente de jour en jour tant par les actions qu’il pose et ses multiples déclarations ambigües comme un véritable obstacle à l’aboutissement de ce dossier que le juge Gary Orélien est en train d’instruire après que deux de ses confrères ont abandonné à causes des menaces qu’ils prétendaient recevoir.

Quant au dossier de maitre Dorval qui en quelque sorte a une certaine connexion avec celui de l’assassinat du président Jovenel Moïse, il représente un test pour le système judiciaire haïtien. Aux yeux du monde, les acteurs judiciaires haïtiens sont souvent présentés comme des corrompus vivant au dépend des corrupteurs. Le juge Loubenson Élysée a été choisi par le doyen du TPI Bernard Saint-Vil pour instruire l’affaire. Il remplace en ce sens, le juge Renord Régis qui avait pris la poudre d’escampette puisqu’après avoir invité la première dame de la république de lors, Martine Moïse, à comparaître, celle-çi avait refusée et les policiers qui assurent la sécurité de ce dernier ont été désarmé de leurs armes de point. Donc, sa sécurité était rudement mise à l’épreuve. Il a décidé jeter l’éponge et s’exiler aux États-Unis d’Amérique. Avec le gouvernement d’Ariel Henry ce dossier ne va-t-elle pas être servi comme arme politique pour pressurer les proches de Jovenel Moïse qui vice et versa peuvent se servir de l’assassinat de Jovenel Moïse pour mettre des acteurs de l’opposition dans leurs petits souliers

Jeannot Antoine

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!
268 thoughts on “Haïti/Justice: Les affaires Dorval et Moïse, deux dossiers aux dimensions internationales et complexe”
  1. I’m very pleased to discover this great
    site. I want to to thank you for your time for
    this particularly fantastic read!! I definitely enjoyed every bit of it
    and I have you saved to fav to see new things on your blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook