Par Hamilton FRANÇOIS

Dans un communiqué de presse daté du Lundi 4 octobre 2021, le Collectif des Médias en Ligne (CMEL) crie haut et fort “Nou bouke, sa pa dwe rete konsa, ce n’est pas normal ce qui se passe” en vue de dénoncer la montée spectaculaire de la violence dans le pays durant ces derniers jours.

CMEL dit constater l’accroissement exponentiel des cas d’insécurité, surtout de nombreux cas de kidnappings contre rançon qui ont été perpétrés notamment dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince aux yeux des autorités ayant pourtant la mission d’assurer la sécurité des biens et vies des individus.

Toute vie est fragile, et exposée à ce fléau qui triomphe dans le pays, s’attaque à notre essence en tant que personne (…), a fait savoir le Collectif.

Toutes les couches de la population sont déjà au moins victimes d’un cas de violence surtout du kidnapping. Le secteur journalistique n’est pas épargné, a souligné le CMEl qui profité de rappeler le cas de l’enlèvement du journaliste sportif, Frantz Paul à Gros-morne, sans oublier la journaliste culturelle, Marie Frantzie Siméon kidnappée à Avenue Christophe dans la nuit du 23 septembre dernier.

Le Collectif des Médias en Ligne (CMEL) invite les autorités concernées à agir dans le plus bref délai en vue d’arrêter la machine de l’insécurité et de protéger la vie combien des citoyens combien précieux tout en profitant de solidariser aux différentes familles victimes de cette situation chaotique. Il lance aussi un appel aux différentes forces vie de la nation en vue de les unir afin de stopper les malfrats.

Pour le comité du CMEL, Raynald PETIT-FRERE, coordonnateur général, Dieudonné ST-CYR, secrétaire général et Renan TOUSSAINT ont signé la note.

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook