L’Office de Protection du Citoyen (OPC) exprime sa vive préoccupation face à la situation de plusieurs milliers de compatriotes haïtiens se trouvant à la frontière mexico-américaine plus précisément sur le pont Del Rio. Ces migrants désirant entrer sur le territoire américain commencent à être déportés par les autorités américaines.

Dans sa note, l’OPC souligne que les migrants arrivés en Haïti ont été l’objet de nombreuses violations de droits humains notamment le non-respect de l’intégrité physique, morale et psychologique. Les catégories sociales les plus vulnérables, notamment les enfants en bas âge et les enfants et les femmes enceintes n’ont pas eu droit à un traitement spécial.

D’autres qui sont encore sur la frontière mexico-américaine, vivent actuellement dans une situation, on ne peut plus, inhumaine. Abandonnés, sans support, ils n’ont pas accès à l’eau potable, à la nourriture, aux soins sanitaires en violation des principes élémentaires de protection des migrants adoptés par les Nations Unis.

L’OPC souligne que l’une des causes de cette situation comme une tragédie, reste la gouvernance qui s’installe dans le pays depuis plusieurs décennies. Et aujourd’hui on assiste à une détérioration des conditions de vie en raison de l’irresponsabilité des autorités actuelles en matière de protection et de mise en œuvre des droits économiques, sociaux et culturels.

En effet, l’institution de droits humains recommande à la Chancellerie haïtienne d’engager des pourparlers avec les autorités américaines et mexicaines en vue de trouver un moratoire en faveur de ces milliers compatriotes exposés à une déportation en dépit des réserves exprimées par plus d’un.

L’OPC demande aux instances concernées de faciliter la réinsertion socio-économique de ceux se trouvant actuellement sur le territoire.

Jean Marie Ludy Barbson

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook