La graisse viscérale (localisée sur le ventre) constitue un complexe pour bon nombre de personnes. Si c’est un phénomène tout à fait normal, elle peut devenir dangereuse lorsqu’elle est excessive. Une récente étude montre qu’un fruit la combat efficacement. Mais quel est-il ?

La “graisse viscérale”, plus communément appelée “graisse abdominale”, est le type de gras qui se concentre et s’accumule sur le ventre.

Si certains la combattent pour des raisons esthétiques qui leur sont propres, dans certains cas, il faudrait aussi la combattre pour des raisons de santé.

Certes, elle est inoffensive pour l’organisme lorsqu’elle est présente en quantité raisonnable. Mais dès lors qu’elle est excessive, elle constitue un véritable danger.

En quoi la graisse du ventre est-elle dangereuse pour la santé ?
En effet, rappelons-le, la graisse viscérale est une graisse qui s’accumule autour des organes, et plus précisément entre les muscles et les organes de la zone abdominale (foie, intestin). Elle peut ainsi les empêcher de bien fonctionner quand elle est présente en trop grande quantité, augmentant risques de diabète, de maladies cardio-vasculaires et de cancers.

Mieux vaut donc prévenir que guérir ; et le premier champ de bataille sur lequel il faut se concentrer est l’alimentation. Une récente étude scientifique a d’ailleurs révélé qu’un fruit en particulier permettait de réduire efficacement la graisse du ventre. Et ce fruit n’est autre que… l’avocat !

Selon la science, manger un avocat tous les jours permet de limiter la graisse viscérale
Les chercheurs de l’étude en question, publiée dans la revue The Journal of Nutrition, affirment que consommer quotidiennement un avocat pendant 12 semaines provoque une réduction notable de la graisse viscérale chez les individus qui adoptent cette pratique alimentaire. Le chercheur à la tête de l’étude, Nainan A. Khan, précise que ledit fruit impacte en fait la manière dont les individus stockent la graisse.

Grosso modo, le fait d’en consommer améliore la répartition des graisses dans l’organisme. Plutôt que lutter contre la graisse viscérale en tant que telle, il la transforme en graisse sous-cutanée, beaucoup moins nocive pour la santé. En effet, le pourcentage de graisse viscérale de ceux et celles qui ont mangé un avocat tous les jours, pendant ces 12 semaines, a fortement diminué contrairement à ceux et celles qui n’en ont pas mangé.

Bien évidemment, au vu de la taille de l’échantillon étudié (105 personnes), il convient de relativiser le constat. Les chercheurs tiennent également à préciser que cela est avéré pour les femmes, mais pas vraiment pour les hommes.

Jean Marie Ludy Barbson

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook