A moins d’une semaine de l’ouverture officielle des classes en Haïti, certains parents d’élèves sont confrontés à d’énormes difficultés liées à l’achat des fournitures scolaires et le paiment de la rentrée pour leur progéniture. La chèreté de la vie demeure la principale cause selon certains parents.

Après une fermeture prématurée des portes des écoles en juin dernier à cause de l’augmentation des cas de covid-19, élèves et enseignants s’apprêtent à reprendre le chemin de l’école. Le 21 septembre 2021 est la date retenue par le Ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP) pour la rentée scolaire 2021-2022 pour les 7 départements non affectés par le séisme. A quelques jours de cette date, certains parents d’élèves rencontrent d’énormes difficultés financières partout sur le territoire.

Ces difficultés sont dues à la conjoncture actuelle du pays ravagé par une crise politique aigüe depuis plus d’un an soldée par l’assassinat du Président Jovenel Moïse, suivie par le tremblement dévastateur du 14 août 2021. Toute cette barbarie cause la montée du dollar, donc un inflation galopante. La monaie verte se vend à plus de 97 gourdes. Cette situation insoutenable pour certains conditionne la cherté des fournitures scolaires.

En plus des fournitures, la scolarité est la plus grande casse-tête pour les parents. Les responsables d’écoles accroissent exonérablement le prix de l’année scolaire malgré les mesures annoncées par le MENFP sur ce désordre au niveau des institutions. Certains parents sont obligés de s’endetter pour permettre à leurs enfants de bénéficier le pain de l’instruction.

Le climat d’insécurité généralisé laisse planer beaucoup d’inquiétude chez certains parents qui demandent aux autorités de prendre leur responsabilité. Malgré la trève annoncée par les groupes armés de Martissant, rien n’est encore sûr car à un moment où l’autre les rivalités peuvent ressurgir.

Pour le Grand Sud, le 4 octobre est la date prévue par les autorités éducatives ; chaos total. La majorité des écoles de la Grand’Anse, des Nippes et du Sud sont détruites par le séisme du 14 août 2021. Quand aux parents, ils sont dépossédés de leurs biens, certains sont morts sous les décombres laissant leurs enfants sans rien. Entre temps, le MENF dit être en train d’évaluer la situation pour apporter des solutions rapides.

En attendant le 21 septembre, jour de l’ouverture officielle des classes, les parents se battent comme ils peuvent pour permettre à leurs enfants de bien démarrer les cours.

Jean Marie Ludy Barbson

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!
264 thoughts on “Haïti-Education|-.Le calvaire des parents d’élèves à l’approche de la réouverture des classes.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook