L’institution indépendante des droits humains a adressé ce lundi une correspondance à la haute commissaire des nations-unies pour les droits, Michelle Bachelet. Dans ce document, l’Office de la Protection du Citoyen a fait part de son indignation suite aux révélations indexant le premier ministre Ariel Henry comme l’un des auteurs intellectuels de l’assassinat du président de la république, Jovenel Moïse.

Si certains sont probablement en train de jouer pieds et mains pour etouffer l’affaire Jovenel Moïse, l’Office de la Protection du Citoyen s’en fait l’une de ses plus grandes priorités, à en juger par les multiples prises de position publique de cette instense de défense des droits humains. Conscient de la faiblesse du système judiciaire haïtien et du niveau de corruption qui gangrène le secteur du fait aussi qu’il soit controller par des secteurs mafieux de la politique et du secteur privé des affaires, l’OPC se tourne vers les Nations-Unies. En effet, elle réïtère sa demande visant la création d’une commission d’enquête internationale pour faire lumière sur ce dossier.

Selon la correspondance adressée à la haute-commissaire des nations-unies pour les droits humains, Renand Hédouville explique en partie des complications liées au dossier d’enquête autour de l’assassinat du président Jovenel Moïse en sa résidence privée le 7 Juillet 2021. L’un des obstacles à ce dossier, précise le document, est la présence de Ariel Henry à la tête de la primature alors qu’il est indexé comme l’un des auteurs intellectuels de l’assassinat pour avoir échangé des appels téléphoniques avec Jean Félix Badio un suspect en cavale. L’OPC qui réclame la démission de ce dernier se base sur les révélations des rapports de la DCPJ, du RNDDH et de la confirmation faite par la compagnie de téléphonie mobile Digicel attestant qu’il y a eu effectivement des échanges téléphoniques entre les deux hommes, la nuit du crime.
Face à ces considérations, l’Office de la Protection du Citoyen exprime son inquiétude. Selon l’OPC, une commission d’enquête internationale pour faire la lumière autour de l’assassinat du président Jovenel Moïse serait d’un grand support au juge d’instruction Garry Orélien qui travaille sur le dossier.
Notons que dans une correspondance adressée au chef ai de la Police Nationale d’Haïti, Léon Charles, Maitre Rockfeller Vincent, actuel ministre de la Justice et de la Sécurité Publique exige que soit renforcer la sécurité du commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Maitre Bedford Claude. Celui-çi, indique la lettre portant la signature du titulaire du MJSP, serait en proie à d’importantes menaces après qu’il ait invité le chef ai de la primature, Ariel Henry, à venir répondre des faits qui lui sont reprochés.
Jeannot Antoine

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!
5 thoughts on “Assassinat de Jovenel Moïse:L’OPC opte pour le concours des Nations-Unies”
  1. Attractive section of content. I just stumbled upon your weblog and in accession capital to assert that
    I acquire actually enjoyed account your blog posts. Any way I’ll
    be subscribing to your feeds and even I achievement you access consistently quickly.

  2. Pretty component of content. I simply stumbled upon your weblog and in accession capital to say that I get actually loved account your blog posts.
    Anyway I’ll be subscribing in your feeds or even I achievement you
    get entry to persistently fast.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook