Par Hamilton FRANÇOIS

Dans une note du ministère de la Justice et de la sécurité publique adressée au Directeur Général de la Police Nationale d’Haïti, Monsieur Léon Charles ce lundi 13 Septembre 2021, le ministre de la justice, Me Rockfeller Vincent demande à l’institution policière par le biais de son directeur général, monsieur Léon Charles de renforcer la sécurité du commissaire de gouvernement de Port-au-Prince, Me Bed Ford CLAUDE suites aux différentes menaces que subit celui-ci durant ces cinq dernier jours.

Au tout début de la note, le ministre commence par rappeler au DG a.i la police nationale ainsi qu’à tous les policiers affectant à l’institution que peu importe l’unité spécialisée dont ils font partie et la personnalité à laquelle ils sont attachés qu’au regard de la loi du 29 Novembre 1994 portant sur la création, l’organisation et le fonctionnement de la dite institution, précisément en son article 4 que: “”la police nationale d’Haïti relève du ministère de la justice et est placée sous l’autorité du titulaire du ministère””.

Il a également rappelé à Léon Charles que “le ministre est le supérieur hiérarchique direct de qui la police doit recevoir toutes instructions et le conseil supérieur de la Police nationale (CSPN) ne dispose qu’un pouvoir consultatif sur les grandes orientations de la politique d’action de la Police Nationale”, a-t-il poursuivi.

Fort de cela, le ministre de la justice et de la sécurité publique exhorte le Directeur général de la Police à défendre à ses troupes de la PNH d’exécuter les ordres de quiconque autorité politique, tout au plus si cet ordre est frappé d’illégalité. De surcroît, il a souligné que la responsabilité pénale et/ ou personnelle de quiconque est engagée et que des sanctions que ce soit administratives ou pénales seront prises en cas de violation de ces règles.

Rappelons que ces menaces viennent après que le commissaire du gouvernement a.i près le tribunal de première instance de Port-au-Prince, Me Bed-Ford CLAUDE ait invité le premier Ministre, monsieur Ariel Henry suites aux différentes révélations de la compagnie Digicel au parquet de Port-au-Prince faisant croire que le PM avait eu un entretien téléphonique avec l’un des présumés assassin de l’ancien président de la république, Jovenel Moïse, le nommé Félix BADIO, le jour même de l’assassinat soit aux environs de 4h du matin.

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook