Les Etats-Unis a connu plusieurs attentats depuis son existence, mais ceux du 11 septembre 2001 reste jusqu’à présent le plus meurtrier de son histoire avec une quadruple attaques-suicide concertée en plein cœur. Dans environ une heure, entre 8h 46 et 10h03, quatre avions de lignes commerciales détournés sont utilisés comme de véritables armes par quatre équipes de terroristes. Parmi ces quatre engins, trois d’entre eux attaquent deux symboles de l’hyper puissance américaine, économiques et politiques : les Twin Towers, à New-York (les tours jumelles du World Trade Center de Manhattan) et le pentagone, à Washington. Le quatrième s’écrase en Pennsylvanie.

La chronique de ces attaques.
Tout allait commencer bien pourtant, il fait un beau temps sous un ciel ensoleillé presque sans nuages dans l’est de l’Amérique du nord. Comme à l’accoutumée, des millions de femmes et d’hommes se rendaient au travail au centre-ville de New-York, à Washington ou ailleurs. Certains d’entre eux prenaient la voie des aires pour se déplacer sans se douter qu’une tragédie d’une ampleur inouïe allait se dérouler ce matin-là et chambouler leur vie.
Pourtant, vers les 8h 46 le vol 11 qui effectue la liaison boston-los Angeles avec 92 personnes à son bord heurte à près de 800 km/h la façade de la tour nord du World Trade center de Manhattan à New-York entre le 93e et 99e. À ce moment-là, se trouvent quelque 15 000 personnes dans les deux tours jumelles.
Quelques minutes plus tard, un deuxième avion frappe à son tour le sud du World Trade center à 950 km/h, entre le 77e et le 85e étage avec le vol 175, parti également de boston à destination de los Angeles avec 65 personnes à son bord dont Marwan Al-Shehhi, Émirati né en 1978, leader du groupe de terroriste avec quatre autres pirates de l’air.
Toute suite après l’adresse au média du président en fonction à l’époque, George W. Bush, s’écrase le vol 77, près de Washington, a 850 km/h sur la côte ouest de l’édifice du pentagone, le siège du département de la défense
Ainsi, à 9h 45 à Washington, la Maison-Blanche est évacuée, et peu après le pentagone et le bâtiment du département d’État.
Enfin, le quatrième Boeing à son tour s’écrase à Shanksville, près de Pittsburgh (Pennsylvanie), en plein champ. A son bord : 44 personnes.
Dans cette attaque, plus d’une soixantaine de nationalités ont été victimes parmi lesquelles on trouve des britannique, des canadiens, des japonais, des dominicains, etc… Et, Les ont provoqué la mort de plus de 2500 personnes, dont 2753 de personnes au site du World Trade Center, 184 au pentagone et en Pennsylvanie 40.
Pourtant, selon un rapport du fonds d’indemnisation publié ce mardi 07 septembre, rapporte le journal Ouest-France, davantage de personnes semblent être mortes de maladies liées aux attentats du 11 septembre 2001 que le jour même des attaques. Ça veut dire, souligne Rupa Bhattacharyya la responsable du fonds, que le bilan des personnes dont la mort semble avoir été causée par des maladies liées aux attentats est désormais supérieur à celui des personnes mortes le 11 septembre.

20 ans après, où sont les détenus ?

Deux ans après l’attaque du 11 septembre, Les autorités pakistanaises ont confirmé l’arrestation, samedi 1er mars au Pakistan, du cerveau présumé des attentats, Khalid Cheikh Mohammed, personnalité clé du réseau Al-Qaida et qui est considéré comme un des principaux lieutenants d’Oussama ben Laden. Il figure sur la liste des 22 terroristes les plus recherchés par les Etats-Unis. Son nom a été cité dans plusieurs affaires terroristes survenues ces dernières années. Comme par exemple, selon le Los Angeles Times, il est soupçonné d’avoir participé à la planification des attentats contre deux ambassades américaines en Tanzanie et au Kenya en 1998, qui avaient fait 224 morts.
En outre, les États-Unis ont capturé des centaines d’hommes soupçonnés de liens avec Al-Qaïda et les ont envoyés sur une base navale à Guantánamo, les qualifient d’ennemis combattants, ils ont été privés de droit et aucun calendrier n’a été fixé pour leur jugement ou leur libération. D’après LCI, au plus fort de la crise après les attentats, la prison a accueilli jusqu’à 780 détenus. Aujourd’hui elle n’en compte plus que 39. La majorité des 780 détenus ont depuis été libérés, certains après plus de 10 ans de détention sans inculpation. Chaque année, le nombre ne cesse de diminuer. Par exemple, lorsque Barack Obama accède au pouvoir en janvier 2009, il reste 240 détenus à Guantánamo. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 39, dont plusieurs ont reçu une promesse de libération qu’ils attendent toujours, d’autres l’espèrent. Sur ces 39 détenus, 12 sont considérés comme dangereux par les autorités américaines, notamment Khalid Sheikh Mohammed, le cerveau des attentats du 11 septembre. Parmi ces 12 hommes, deux ont été condamnés : l’un à la prison à vie, l’autre attend de connaître sa peine, dans le cadre d’une procédure de plaider-coupable. Pour les 10 autres détenus de Guantánamo pas encore jugés, la procédure se poursuit.
Après une interruption de 17 mois due notamment à la pandémie de Covid-19, les audiences préliminaires de Khalid Sheikh Mohammed et quatre autres détenus ont repris, à quelques jours du vingtième anniversaire des attentats.

Cette année, les commémorations des attentats du 11 septembre se profilent. De ce fait, d’après le Parisien, Joe Biden, le président des Etats-Unis, se rendra demain sur les trois lieux emblématiques des attaques survenues il y a vingt ans : à New York, en Pennsylvanie et sur le site du Pentagone, a annoncé samedi la Maison Blanche.
Le président américain et son épouse Jill Biden veulent selon un communiqué « rendre hommage et commémorer les vies perdues » en se rendant à New York, où sont tombées les tours jumelles du World Trade Center, à Shanksville en Pennsylvanie où s’est écrasé un avion détourné par quatre djihadistes, et à Arlington en Virginie, non loin de Washington, où le ministère américain de la Défense a été attaqué.

Nesny Ridge PIERRE LOUIS

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!
191 thoughts on “Les attentats du 11 septembre 2001 : une date,un évènement d’apocalypse pour des millions américains.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook