Cela fait plus de 12 jours depuis que le pays a connu un séisme de magnitude 7,2 plus précisément dans le grand sud le samedi 14 août 2021. Lequel séisme a malheureusement accusé plus de 2200 décès, 344 disparus, 52923 maisons détruites et 77006 autres maisons endommagées. Ce bilan aussi lourd qu’il puisse paraître est cependant partiel selon les autorités concernées. Parmi les structures détruites ou endommagées, on comptabilise plus de 260 établissements scolaires sur l’ensemble des villes touchées par ce puissant tremblement de terre.

Par ces chiffres on constate que le secteur de l’éducation est durement frappé en termes d’infrastructures. Ce tremblement de terre survient au moment où les préparatifs sont en cours pour assurer la nouvelle année académique 2021-2022.

Le 17 août 2021 soit trois jours après le drame la Ministre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP) Marie Lucie Joseph s’est rendue dans le grand sud notamment dans les zones les plus dévastées par ce cataclysme, accompagnée de son Directeur de cabinet Ecclésiaste Télémaque et le représentant de l’Unicef en Haïti Bruno Maes, elle en avait profité pour faire une évaluation de la situation. A son retour du grand sud elle avait confié tristement à la presse que la situation était compliquée et qu’on devait aborder la question de la rentrée des classes avec beaucoup de considération pour les Nippes, le sud et la Grande-Anse.

Ce constat de visu fait par la titulaire du MENFP implique une décision exceptionnelle : Celle de reporter la rentrée au mois d’octobre sans toutefois indiquer la date. Elle concerne les departements victimes du séisme du 14 Août, donc celles de Port-au-Prince et d’autres villes ne sont nullement touchées par cette mesure.

Cependant un report de la rentrée des classes dans le reste du pays ne serait pas mal vu selon des citoyens qui disent être recapitalisées à cause des troubles politiques qui impliquent le plus souvent des crises sécuritaires. Les conséquences de ses crises susmentionnées déferlent souvent sur la vie économique. Le taux d’inflation en 2021 grimpe de façon vertigineuse, le manque d’emploi et autres rendent impossible la rentrée des classes pour certains parents surtout les plus démunis qui vivent avec moins d’un dollar par jour.

Ajourner la date de la réouverture des classes devait être une décision qui concerne tout le pays vu les différentes crises qui hypothèque le fonctionnement du pays cette année, ajouter à cela la deuxième épreuve de la nature qui nous surprend dans un état peut être pire qu’avant le 12 janvier 2010.

Jean Fritz Almonord

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!
3 thoughts on “Haiti/Éducation: La réouverture des classes, une décision douteuse”
  1. Youre so cool! I dont suppose Ive read anything like this before. So nice to seek out anyone with some authentic ideas on this subject. realy thanks for beginning this up. this website is something that is needed on the internet, somebody with a bit originality. useful job for bringing something new to the web!

  2. I’m really enjoying the design and layout of your blog. It’s a very easy on the eyes which makes it much more enjoyable for me to come here and visit more often. Did you hire out a designer to create your theme? Fantastic work!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook