Le département du SUd n’est pas encore pret de se relever du puissant tremblement de terre du 14 AOut 2021 dont le bilan des morts s’elevent a plus de 2200 morts. plus de 12 mille blessés ont ete récensés et 700 000 mille personnes nécessitent de l’aide humanitaire, selon les chiffres avancés par la Direction Générale de la Protection Civile. Dans les communes des Cayes et de Camp-Perrin les opérations de déblayage se poursuivent. Les forces armées d’Haiti, des sauveteurs mexicains, des sapeurs-pompiers et des agents de la protection civile sont déployés sur le terrain où les besoins sont énormes.

Sur le boulevard 4 chemin une foule bloque la circulation. des curieux assistent que peut-etre, ils n’avaient jamais vu auparavant. Une équipe de sauveteurs mexicains assitée par des militaires haitiens, des agents de la protection civile et des sapeurs pompiers interviennent. si pour certains,il n’y a aucun espoir de survie en dessous des trois batiments effondres, l’appareil entre les mains des spécialistes mexicains dit le contraire.

L’opération s’est poursuivie jusqu’au lendemain du samedi 21 Aout. Elle se déroule sous les caméras de plusieurs médias nationaux et internationaux déployés dans le Sud, le département le plus touché de la région. Quelques heures après, l’intervention a permis de retirer trois personnes en vie sous les décombres. Entretemps, des individus en profitent pour emporter tout ce qui peut encore servir comme des barres de fer, des matelas abimés, entre autres.

Jean Raynold Jeudy un des 150 agents volontaires de la protection civile deploye dans le Sud depuis une semaine estime que l’experience n’est pas facile mais que son equipe est de plus en plus determiner a voler au secours des victimes.

Les resultats obtenus sur le terrain, dit-il, découlent d’une certaine symbiose dégagée entre plusieurs différents intervenants dont la Croix-Rouge, le Centre Ambulancier Nationale, les forces armées d’Haïti, la protection civile, les sapeurs-pompiers et les organismes humanitaires.

Presque toutes les rues, les terrains vide publics ou prives se transforment a la couche de la nuit en veritable chambre a coucher en plein air. les gens s’y installent jusqu’au lever du soleil. Certaines rues son entièrement bloquees. un peu plus loin dans la commune de Camp-Perrin, c’est á peu pres le meme cas de figure. Dans les sections communales de Pico et de Marceline la situation est tres critique. Il ne reste presqu’aucun grand batiment debout.
A Marceline, seulement dans un temple vodou 26 cadavres ont été retrouvés. A Pico, le pasteur Calixte Dorval, affirme avoir perdu au moins 16 personnes. Le leaders religieux critique qui se dit déterminer à porter assistance aux membres de sa communauté critique la méthode utilisée par certaines organisations et l’Etat haitien pour distribuer l’aide humanitaire. Selon lui, ces derniers devaient plutot se tourner vers les pasteurs mieux disciplinés, a-t-il laissé entendre.
De Pico pour se rendre dana la section communale de Marceline, l’ampleur des dégats parait beaucoup plus considérables. Des troncons de route dissociées, des maisons complètement détruites, des arbres deracines au bord de la route menant vers le departement de la Grand-Anse, c’est ce qu’on a pu constater. Les habitants se plaignent de n’avoir recu aucun accompagnement jusqu’a présent. Les besoins en eaux, en nourriture et en tentes sont enormes. Cette dame agée de 70 ans, ne cache pas son desarroi. “Plusieurs de ma famille étaient sous les décombres de notre maison détruites. Certains sont hospitalisés aux Cayes, d’autres à Port-au-Prince. Je n’ai rien à manger, à boire. Je vis à la merci de certains voisins”, se plaint-elle.
La situation de cette dernière n’est pas trop différente de celle de Josette Marita dans la soixantaine qui se dit desesperée. L’image de plusieurs citoyens parmi eux des enfants filant a toute allure derrière un camp tres triste, nous demandons aux autorités concernés de prendre les meilleurs décisions afin d acheminer les aides aux victimes qui ont vraiment nécésités.

Jeannot Antoine

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook