L’administration de Joe Biden inflige ce jeudi de nouvelles sanctions financiers au ministre de la Défense cubain, Alvaro Lopez Miera et à une unité spéciale du ministère de l’Intérieur, suite à la répression des récentes manifestations pacifiques et prodémocratiques à Cuba et prévient également  que ce n’est qu’un début.

Les États-Unis et le Cuba sont une nouvelle fois à couteaux tirés, suite aux mesures punitives imposées à l’île communiste des grandes antilles par le gouvernement américain. Ce dernier qui reproche les autorités cubaines d’anti-démocratiques, prévoit alourdir les sanctions contre ce pays de la Caraïbe qui résiste à un embargo imposé par les Américains depuis plus de  50 ans.

Par ailleurs, dans un communiqué de presse publié par la Maison Blanche, Joe Biden déclare que “ce n’est qu’un début. Les Etats-Unis vont continuer à sanctionner les responsables de l’oppression contre le peuple cubain”, a poursuivi le démocrate à travers ce même communiqué de presse. Aussi comdamne-t-il  sans ambiguïté les arrestations  massives à Cuba et les simulacres de procès visant ceux qui osent parler.

Le président américain envisage également de “faire pression sur le régime pour qu’il libère immédiatement les prisonniers politiques injustement détenus, rétablisse l’accès à internet et permette aux Cubains de jouir de leurs droits fondamentaux”.

Abondée dans le même sens, la secrétaire américaine au Trésor, Jannet Yellen déclare dans un communiqué qu’elle continuerait à prendre des sanctions contre le Cuba en vue de renforcer les luttes de ce peuple en quête de démocratie.

Les 11 et 12 juillet dernier une partie de la population cubaine a manifesté à travers plusieurs villes du pays notamment à Havane où des citoyens scandaient ” nous avons faim; A bas la dictature “. Selon ce que  rapporte par la presse internationale qui cite les organisations de l’opposition cubaine, ces deux journées de mobilisations populaires ont soldé sur  la mort d’une personne, des dizaines de blessés et d’une certaine d’arrestations.

Marc Wisly HILAIRE

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook