Le Sud de l’île de Madagascar fait face actuellement à une crise alimentaire sans précédent. En raison du dérèglement climatique,  plus d’un million d’individus attendattendent désespérément une aide humanitaire d’urgence. Certaines personnes arrivent même à consommer des chaussures en cuir, rapporte Euronews. Ce fléau a déjà endeuillé plusieurs familles dans cette partie de l’île malgache.

À Ambovombe,  les habitants lourdement touchés par cette famine ne savent plus à quel saint se vouer.  Livrés à eux-mêmes depuis plusieurs mois face aux assauts de la faim, “certains en viennent à manger des chaussures ou des lanières de cuir”. Communément appelé village des zombies, Ambovombe abritent quelques habitants qui attendent l’arrivée de la mort sous regards impuissants de l’État du pays.

Vivant en grande partie des activités agricoles,  le Sud de Madagascar est devenu depuis plusieurs années un dessert à cause de la pluie qui ne pleut que rarement et des tempêtes de sable. Ce qui a rendu impossible la pratique de l’agriculture sur cette portion de terre. Le gouvernement, par le biais du président de la République, “a annoncé une série de grands projets de développement pour la région, victime de sécheresse chronique”. Mais jusqu’ici aucun des projets promis n’est pas encore en cours de réalisation. “Depuis 1896, Madagascar a subi 16 crises alimentaires. Mais celle-ci est la pire depuis 40 ans”, ont rapporté plusieurs observateurs internationaux.

La situation dans laquelle vit plus d’un million Malgaches inquiète les acteurs du Programme mondial de l’alimentation(PAM). En observant la dégradation des conditions de vie des habitants d’Ambovombe, le Directeur exécutif du PAM, David Beasley qui a visité récemment le pays, a déclaré que cela ressemble à “quelque chose que vous voyez dans un film d’horreur”.

Selon les estimations de l’ONU, Madagascar est le premier pays à travers le monde qui connaît une telle situation en raison du changement climatique. “La crise alimentaire est également causée par la mauvaise gestion des ressources alimentaires par les autorités”, indique l’Euronews.

Mano Actualités en collaboration avec Euronews.

Marc Wisly HILAIRE

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook