L’ancien sénateur qui intervenait jeudi sur les ondes de la radio Méga, estime être en danger de mort. C’est pourquoi, dit-il, l’institution policière a dépêché 5 policiers pour le sécuriser.

Moïse Jean Charles affirme avoir lui-même procédé au choix de ses policiers qui étaient déjà affectés à sa sécurité mais ont été retirés pour des raisons politiques. Il indique avoir accepté cette option puisqu’une frange de l’international s’inquiétait pour sa sécurité. La PNH, a précisé l’élu du Nord, avait des preuves palpables que sa vie était en grand danger. Selon Moïse Jean Charles, un secteur a essayé de lui oté la vie le jour même de l’assassinat du président de la république, Jovenel Moïse. Heureusement, fait remarquer le farouche opposant à l’équipe Tèt Kale, il n’était pas présent.
Si pour certains, cette nouvelle donne s’explique au fait que le senateur constitue un allié important du gouvernement de Ariel Henry, Moïse Jean Charles a apporté un démenti formel. L’actuel ministre de l’intérieur qu’il dit reconnaitre comme un membre du parti “Pitit Desalin” n’a pas été désigné par la structure politique qu’il dirige. Ce dernier, a-t-il indiqué, est un ami du PM Ariel Henry qui lui-même l’a appelé pour faire partie de son gouvernement.
Jeannot Antoine

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook