L’herpès B du singe est le nom d’un virus mortel nouvellement découvert en Chine. Le 27 mai dernier,  un vétérinaire chinois est décédé après avoir contracté le virus.  Rarement identifié chez l’homme, l’herpès B  du singe est très réputé pour avoir infecté les macaques. Avec la mort de ce vétérinaire, la Chine enregistre le premier cas de décès humain contaminé par ledit virus.

Environ deux ans après la parution du Coronavirus en Chine, ce pays  fait face à un nouveau virus mortel du nom de  l’herpès B du singe. Un vétérinaire chinois âgé de 53 ans qui exerce sa profession dans la ville de Pékin, est mort suite à sa contamination au virus de “Monkey B”, communément appelé herpès virus B du singe. Le quinquagénaire a contracté la maladie dans un laboratoire où il a été en contact avec le virus. C’est pour la première fois que l’on découvre ce virus chez l’être humain dans le pays surnommé l’Empire du milieu. Bien que rare, cette maladie infectieuse soit connue pour avoir touché les singes, et surtout les macaques.

À en croire les informations du centre chinois de contrôle et de prévention des maladies relayées par AFP, le vétérinaire décédé travaillait dans un institut de recherche spécialisé dans l’élevage des primates non-humains où il a disséqué deux singes morts au mois de mars dernier. Mais un mois après,  il a eu  des nausées, de vomissements et de fièvre. “Les chercheurs ont relevé la présence du virus Monkey B sur ses échantillons de sang et de salive. Ses collègues, cas contact, ont été testés négatifs, toujours selon le Centre chinois”, cité par l’AFP.

Identifié chez les macaques,  le virus herpès B du singe est différent de l’herpès humain. Ce virus est très connu chez les macaques et se ne transmet à l’homme que rarement. Une fois contaminé, l’être humain vivant avec le virus dans son sang encourt le risque de décès jusqu’à 80% s’il n’est pas soigné est temps réel. Interrogé par Le Washington Post,  Kentaro Iwata, expert en maladies infectieuses à l’Université de Kobe au Japon, rapporte que l’herpès B du singe  est très nocif pour le système nerveux de l’homme. “Le virus peut attaquer le système nerveux central et peut  provoquer une inflammation du cerveau, entraînant ainsi une perte de conscience”, a-t-il expliqué.  

Sources : Yahoo  actualités & AFP.

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!
83 thoughts on “La Chine, en proie d’un nouveau virus mortel: l’herpès B du singe”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook