Le candidat de la gauche radicale , Pedro Castillo devient le nouveau président du Pérou, environ un mois après le déroulement du deuxième tour scrutin présidentiel qui l’opposait à la candidate de la droite populiste, Keiko Fujimori. La nouvelle a été communiquée le lundi 19 juillet 2021 par les responsables de l’institution chargée d’organiser les élections.

Après plusieurs semaines de suspens où les contestations ont été de tailles,  Pedro Castillo est enfin proclamé comme président devant diriger le Pérou pour les prochaines années à venir. C’est le président du Jury national des élections(JNE), Jorge Luis Salas qui a fait l’annonce lors d’une courte cérémonie virtuelle. “Je proclame président de la République José Pedro Castillo Terrones”, a-t-il déclaré lundi dernier en marge de cette cérémonie. “L’autorité électorale chargée d’examiner les recours a ainsi confirmé les résultats délivrés il y a plusieurs semaines par l’Organe national du processus électoral (ONPE)”.

Après des décomptes de 100% des bulletins de vote par les membres de l’ONPE,  Pedro Castillo, 51 ans, récolte 50,12% des suffrages exprimées aux urnes, contre 49,87% pour sa rivale, Keiko Fujimori, âgée de 46 ans. Selon les résultats officiels publiés par le JNE, l’institeur Pedro Castillo  a devancé son adversaire de la droite populiste, également fille de l’ancien président péruvien Alberto Fujimori(1990-2000),  avec un total de 44 263 voix.

Quelques heures avant la publication des résultats,  Keiko Fujimori qui avait  dénoncé au début du mois de juillet dernier des fraudes massives au deuxième tour électoral péruvien, a finalement annoncé qu’elle acceptera les résultats, peu importe la tendance. “Aujourd’hui, j’annonce qu’en remplissant mes engagements, mon engagement envers tous les Péruviens (…) envers la communauté internationale, je vais reconnaître les résultats car c’est ce qu’exigent la loi et la Constitution que j’ai juré de défendre”, a-t-elle indiqué.

La candidate de la droite populiste, visée par une enquête judiciaire pour des pots-de-vin présumés lors de ses campagnes électorales de la présidentielle de 2011 et 2016, demande au peuple péruvien de continuer la bataille pour la défense de la démocratie. “J’appelle les Péruviens à ne pas baisser les bras et à mettre en oeuvre une défense démocratique” en cas de gouvernement de Pedro Castillo, a-t-elle ajouté.

Échouée pour une troisième fois consécutive au second tour électoral, Keiko Fujimori femme politique péruvienne aux origines japonaises, a déjà passé 16 mois en détention préventive et elle encourt le risque d’écoper 30 ans de prison pour cette même affaire de corruption susmentionnée.

Des observateurs internationaux dont l’OEA, les États-Unis  et l’Union européenne avaient, dès la publication des résultats du deuxième tour,  estimé que le scrutin avait été organisé de manière libre et transparente.

Le nouveau président qui aura beaucoup de défis à relever,  entrera en fonction le 28 juillet prochain, laquelle date marquera la fin du mandat du président ad interim,  Francisco Sagasti.

Source : AFP

Marc Wisly HILAIRE

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook