La Direction Politique de l’Opposition(DIRPOD), à travers un communiqué de presse paru le 19 juillet 2021, annonce avoir retiré son soutien au premier ministre désigné, Ariel Henry. Ainsi plaide-t-elle en faveur de l’établissement d’un gouvernement d’entente nationale ayant une feuille de route claire.

Se vantant comme l’initiataire de la signature du protocole d’entente pour une meilleure compréhension de la conjoncture politique haïtienne actuelle,  la DIRPOD dit avoir établi en permanence un quartier général de travail. À cet effet,  la DIRPOD révèle qu’au cours des dernières 72 heures, “certains faits politiques ont été identifiés” notamment son retrait de soutien au premier ministre Ariel Henry, la publication de la note du Core Group en date du 17 juillet dernier, le non-aboutissement de la conférence citoyenne, la dernière déclaration de Claude Joseph et la correspondance du premier ministre Ariel Henry aux signataires du protocole d’entente.

En tenant compte des rapports qui existent entre les faits,  la DIRPOD estime que dans toutes ces avancées, les intérêts du peuple haïtien ne sont pas pris en considération. En ce sens, la DIRPOD dit vouloir supporter “l’urgence d’un gouvernement de consensus inclusif pour une saine gestion de la chose publique”. Toutefois,  cette structure charnière de l’opposition politique, croit qu’il y a d’autres urgences de l’heure comme la lumière à faire sur l’assassinat de Jovenel Moïse,  sur les massacres survenus à Lassaline, à Bel Air, à Cité-Soleil, à Martissant et à Delmas 32. Aussi opte-t-elle pour l’établissement d’un climat de sécurité dans le pays ainsi que  la libération des prisonniers politiques et la réduction de la cherté de la vie.

La Direction Politique de l’Opposition (DIRPOD) estime qu’il est plus que nécessaire de travailler  en collaboration “avec d’autres  secteurs sur accord politique d’urgence avant la mise en place de tout gouvernement”. Selon DIRPOD,  “un apaisement sociopolitique est indispensable pour sortir Haïti de ce bourbier”. À cet égard,  la structure politique croit que le pays “a besoin d’un gouvernement d’entente nationale avec une feuille de route claire “. Lequel gouvernement aura pour tâche d’établir la sécurité publique en Haïti et de mettre en place un Conseil électoral crédible devant organiser de bonnes élections.

Marc Wisly HILAIRE

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook