Avoir un peu de carburant dans le réservoir de sa voiture ou de sa moto en Haïti est un luxe. Des files d’attente interminables se sont formées dans quelques pompes à essence qui distribuent quelques gouttes aux clients. Les dix départements du pays font face depuis le début du mois de juin à une pénurie de carburant due notamment à l’insécurité grandissante à Martissant et à Cité Soleil.

“Pa gen maladi, pa gen lanmò men Ayiti grav”. (Pas de maladie, pas de mort, mais ce qui se passe en Haïti est grave, dit un vieux dicton haïtien). Bien avant l’assassinat du Président de la République Jovenel Moïse, le pays avait été plongé dans une crise aigüe, l’inflation augmente, la gourde perd en valeur, les groupes armés sèment la terreur partout, sans compter le coronavirus qui chamboule totalement l’ordre des choses. Depuis tantôt un mois, la rareté des produits petroliers vient augmenter cette misère que connaît la population.

Dans les rares stations qui font la pitié aux clients, les gallons jaunes, motos et voitures s’allignent sans savoir s’ils auront la chance de bénéficier de quelques gouttes de gazoline ou de diesel. Parfois, des gens mal intentionnés sèment la pagaille, ce qui amène les pompes à cesser la distribution. C’est un véritable calvaire.

Après la mort du Président Jovenel Moïse, le visage du pays s’assombrit de plus en plus, rien ne marche. Les autorités se concentrent sur l’enquête cherchant à déterminer les causes, à chercher les auteurs matériels et intellectuels et ensuite à organiser des funérailles dignes du rang d’un chef d’État. Pendant ce temps, la population croupit dans la misère, le prix des courses de taxi est doublé et même triplé et les taxis se font de plus en plus rares dans les rues. À tritre d’exemples:
Route de Frère – Clercine | avant : 15 gourdes | Aujourd’hui: 25 gourdes.
Pétionville – Route de Frère | Avant: 20 gourdes | Aujourd’hui: 25 gourdes.
PétionVille – Carrefour de l’Aéroport | avant: 20 gourdes | Après: 25 gourdes.
Jacquet- Pétionville | Avant: 15 gourdes | Aprè: 25 gourdes

Le directeur général du Bureau de Monétisation des Programmes d’Aide au Développement (BMPAD), Ignace Saint-Fleur avait demandé aux autorités policières de sécuriser les zones de passages des camions-citernes, jusqu’à présent rien n’est fait et les haïtiens vivent dans la plus grande incertitude.

Ludy Barbson JEAN MARIE

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!
5 thoughts on “Haïti/Energie: Le calvaire des automobilistes se poursuit dans les pompes à essence”
  1. Hi there! This blog post couldn’t be written much better!
    Reading through this article reminds me of my previous roommate!
    He continually kept talking about this. I’ll send this information to him.
    Fairly certain he’s going to have a good read. I appreciate you for sharing!

  2. It’s appropriate time to make some plans for the future and it is time
    to be happy. I have read this post and if I could I want to suggest you few interesting
    things or tips. Maybe you could write next articles referring to this article.
    I wish to read even more things about it!

  3. Definitely believe that which you said. Your favorite reason appeared to be on the internet the easiest thing to be
    aware of. I say to you, I definitely get annoyed while people consider worries that
    they just don’t know about. You managed to hit the nail upon the
    top and also defined out the whole thing without having side-effects , people could take a signal.
    Will probably be back to get more. Thanks

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook