Une femme d’environ une trentaine d’années a été abattue à coups de couteau par son ex-conjoint à l’intérieur de son domicile, à Bordeaux, dans la matinée du vendredi 2 juillet 2021. L’accusé qui était  réputé pour violences conjugales, a été par la suite appréhendé par la police locale, précise le procureur de la République de la ville de Bordeaux.  

Un corps sans vie a été découvert vendredi matin à l’intérieur d’une maison située à Bordeaux. Selon ce que rapporte le procureur, le suspect avait déjà pris la fuite bien avant l’arrivée des forces de l’ordre sur les lieux du drame. Les secouristes qui ont tenté vainement de réanimer la victime, avaient déclaré avoir retrouvé des traces de coups de couteau sur le corps de celle-ci.

Les soupçons ont pointé du droit l’ex-conjoint de la dame dans le cadre de ce forfait. Celui-ci a été par la suite arrêté en fin de matinée, à  son domicile situé à Mérignac, soit à quelques centaines de mètres de celui de la victime, ajoute le procureur. À en croire les propos de ce dernier, le présumé assassin a essayé de se suicider. “Des effectifs de la Sécurité publique et du Raid sont intervenus et aucun blessé n’est à déplorer”, poursuit-il.

À la fin du mois de juin, le suspect avait été arrêté et placé en garde à vue pour harcèlement téléphonique perpétré contre son ex-conjointe, précisent plusieurs médias français. Et depuis, il a été interdit d’entrer en contact avec la dame avec qui il a une fillette. Relâché depuis tantôt, il “devait comparaître devant le tribunal correctionnel de Bordeaux pour y être jugé le 16 novembre 2021”. Le procureur de la République rapporte que le casier judiciaire du présumé criminel est entaché de six condamnations pour des forfaits relatifs aux trafics illicites de stupéfiants et des infractions de la circulation routière. Cependant, il n’a jamais été déjà condamné pour des crimes de sang, renchérit le procureur.

Par ailleurs, la raison qui pousse l’homme à exécuter son ex-conjointe se porte sur des disputes relatives à la garde de leur fillette de quatre ans, indique une source policière. Ne pouvant pas s’entendre à vivre sous le même toit, les deux ex-conjoints ont entamé depuis janvier 2021 des processus de séparation. Et depuis, la justice a octroyé la garde exclusive de l’enfant à sa mère.

La fillette qui est à présent orpheline de mère ne se trouvait pas au domicile de la victime au moment du déroulement des faits, déclare le procureur de la République. Elle est depuis quelques jours placée dans un centre de prise en charge psychologique et social.

Source: BFMTV.com

Marc Wisly HILAIRE

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook