Le docteur Pierre Réginald Boulos et le notaire Jean Henry Céant ont profondement impliqué dans le détournement de fonds après avoir emprunté une grosse somme d’argent à l’Office Nationale d’Assurance Vieillesse “ONA”.

L’Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC) a ordonné aux banques et aux institutions financières de procéder à la fermeture des comptes de plusieurs entreprises et des personnalités sus-cités pour leur implication présumée dans des actes de détournement de fonds. Ces derniers sont reprochés d’avoir emprunté à l’Office nationale d’assurance-vieillesse (ONA) de fortes sommes d’argent.

L’Unité de Lutte contre la corruption a retracé 260 millions de gourdes de comptes aux nom de: Isabelle Valmé, Pierre Reginald Boulos, Ursil Pierre, Emlyne Girovena Brice, Sébastien Boulos, Natacha Blan y compris Real business investment.

Voici quelques entreprises dont ULCC a ordonné le gel de leurs avoirs: AutoPlaza, Universal Motors, Delimart, Société Financière Immobilière incluant El Rancho Hotel et Real Business Investment (RBI).

L’homme d’affaires Pierre Réginald Boulos a expliqué la nature de son contrat avec l’Ona: le 8 janvier 2018 la RBI, qui était dans une operation d’acquisition d’un vaste terrain de 5 hectares à Fermathe, a proposé à l’ONA un partenariat sous forme de participation. Il lui a été proposé de prendre 22% à l’entreprise de Real business investment (RBI), ce terrain évalué à l’époque à 4.8 millions dollars américains.

Le Propriétaire de “RBI” Pierre Réginald Boulos a réagi aux accusations et à la mesure prise par l’ULCC en sa défaveur. De son côté, le directeur de l’UCCC a souligné que les enquêteurs de l’institution qu’il dirige n’ont constaté aucun début de construction sur le terrain.

Pour sa part, Docteur Réginald Boulos a expliqué les raisons qui ont causé le retardement de ce projet : les manifestations de petrocaribe en 2018 et les mouvements de “peyi lòk” en 2019.

D’autre part, le 6 mars 2018, 65 millions de gourdes a ont été transférées sur le compte de l’étude notariale Jean Henry Céant au profit de «Real Business Investment» (RBI), représentant l’ensemble des entreprises du groupe Boulos. Ce montant était destiné à financer un projet de construction de logements.

Cependant, selon les remarques de l’ULCC, trois ans après, aucun logement ni début de construction n’ont été remarqués alors que la somme de 65 millions de gourdes transférée sur le compte bancaire de l’étude du notaire Céant n’a pas pu être retracée sur les comptes bancaires de « Real Business Investment » et que l’analyse des relevés bancaires des comptes de l’Étude Céant n’a pas permis de conclure que cet argent a été transféré à la RBI. Les 65 millions de gourdes ont été redistribués à des personnes institutions à des fins totalement étrangères à l’objet du projet initial.

Donc, le prêt a été totalement détourné, Au total, le numéro un de l’ULCC s’attend au gel d’une valeur de 260 millions de gourdes représentant le montant détourné et l’amende « égale au triple de la valeur du bien détourné. Cet argent devra, selon le magistrat, être versé au profit du trésor public… Sont également concernés tous les membres des différents conseils d’administration de la RBI, et les entreprises suivantes: Isabelle Valmé, Pierre Réginald Boulos, Ursile Pierre, Emeline Girovna Brice, Sébastien Boulos, Mélissa Régine Boulos, Natacha Blanc et Real Business Investment, indique la mesure conservatoire.

Les banques et institutions financières locales qui ne se courberaient pas aux mesures annoncées seront poursuivies et sanctionnées par l’ULCC pour avoir facilité un processus de blanchiment.

« Faute par les banques et autres institutions financières d’obtempérer à la présente, elles pourront être poursuivies comme facilitateurs de blanchiment du produit du crime conformément à l’article 5.3 de la loi du 12 mars 2014 portant prévention et répression de la corruption… », a déclaré le directeur de l’Unité de Lutte Contre la Corruption, selon le constat faite par l’ULCC.

Par ailleurs, le PDG de “RBI” Pierre Réginald Boulos dénonce l’instrumentalisation de L’UCC à travers ce dossier par Jovenel Moïse pour intimider ses opposants.Le Docteur Boulos consodère que c’est une injustice et de la persécution politique.

Eben-Ezer DELICE
Journaliste

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook