Le Président de la république a, pour la troisième fois, nommé Claude Joseph au poste de premier ministre pour une durée de 30 jours. La nouvelle a été confirmée suite à la sortie ce lundi 14 juin 2021 du moniteur numéro 32. Claude Joseph, dans un communiqué a exprimé sa satisfaction et a remercié le Chef de l’État d’avoir replacé sa confiance en lui.

Le discours du nouveau premier ministre

“Je remercie vivement le Président de la république SEM Jovenel Moïse d’avoir replacé sa confiance en moi pour diriger à nouveau le gouvernement”, écrit Claude Joseph dans un communiqué publié suite à sa reconduction. Il vient d’entamer son troisième mois de gouvernance. Le jeune PM reconnait toutefois l’immensité des défis qu’il doit relever dans un pays miséreux et rongé par l’insécurité, la corruption, entre autres. “Tout en reconnaissant l’énormité des défis du moment, je suis convaincu qu’avec l’engagement solidaire et la franche collaboration des membres du gouvernement, nous continuerons à nous montrer à la hauteur de la tâche”, confie Claude Joseph.

Une nouvelle fois, le chef ai de la primature invite les leaders de l’opposition politique à prendre la main tendue du Président de la république et accepter de dialoguer au fin de choisir un premier ministre consensuel qui saura le remplacer à la tête du gouvernement. Ce qui, a-t-il toujours fait valoir, permettra de sortir le pays de cette crise sordide.

Plus de deux mois depuis qu’il occupe le poste de premier ministre, les résultats ne sont pas au rendez-vous tenant compte de la mission qu’il devait remplir. Combattre l’insécurité, diminuer l’influence et la prolifération des gangs armés, mettre des balises pour faciliter la réalisation du référendum et des élections figuraient dans son cahier de charge. Pourtant, on peut constater que la situation sécuritaire du pays s’est dégénérée, ajoutée à une crise sanitaire qui semble dépasser les autorités sanitaires et étatiques.La population est livrée à elle-même.

En tant que chef du Conseil Supérieur de la police nationale, le premier ministre Claude Joseph a présidé depuis sa nomination au moins trois conseil des ministres et des rencontres avec des membres du CSPN. Des palabres qui n’ont amené à rien. Au contraire, les bandits deviennent de plus en plus agressifs et s’affrontent dans des guerres fratricides poussant des milliers de personnes à laisser leurs toits pour aller vivre dans des conditions déplorables sur des places publiques, entre autres.

Jeannot Antoine

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook