Le parlement israélien, au cours d’une élection relative au nouveau projet de la coalition gouvernementale, a désigné Naftali Benett en tant que premier ministre d’Israël. Ainsi remplace-t-il Benyamin Netanyahu au pouvoir depuis 2009.

À l’issue d’un vote de censure réalisée par les parlementaires israéliens ce dimanche, Benyamin Netanyahu a été chassé de son poste de premier ministre par la coalition gouvernementale regroupant l’extrême-droite, le centre et un parti arabe. Pour substituer l’homme le plus puissant politiquement du gouvernement israélien, le parlement a choisi Naftali Benett, le chef du parti d’extrême droite. Ce vote de non confiance du parlement israélien met fin à 12 ans de règne de “Bibi” comme chef de chef de gouvernement en Israël.

Cette coalition gouvernementale qui rassemble deux partis de gauche, deux partis du centre, trois partis de droite et une formation arabe a réussi à évincer Benyamin Netanyahu qui avait sa main mise sur les affaires politiques israéliennes. Dans son discours prononcé devant le parlement,  le premier ministre sortant a accepté sa défaite et a promis qu’il resterait dans la politique active du pays. Aussi a-t-il déclaré qu’il continue la bataille aux côtés de l’opposition afin de “faire tomber” le nouveau gouvernement. Le premier ministre le plus pérenne de toute l’histoire de l’État israélien croit dur comme fer qu’il serait de retour au pouvoir très prochainement.

Le règne de Benyamin Netanyahu touche à sa fin en Israël. Après environ 12 années de gouvernance, le désormais ex-premier ministre est obligé de céder son poste à une nouvelle tête au prix d’une coalition hétéroclite uni contre lui. Le passage de quelques 4,350 jours  de Benyamin Netanyahu à la tête de la primature israélienne lui a permis de détrôner David Ben Gourion, l’un des fondateurs de cet État hébreu.

La knesset (parlement en hébreu) a élu Naftali Benett à 60 voix pour contre 59. C’est “une alliance improbable qui résulte de huit partis de gauche, du centre, de droite et de droite radicale avec en cerise sur le gâteau la participation du Raam, un mouvement islamiste représentant la sensibilité conservatrice de la population arabe israélienne”. Selon ce que rapporte le journal Le Figaro, au bout  de deux ans, la coalition prévoit de remettre le pouvoir au centriste Yair Lapid, le concepteur de la coalition d’alternance. Mais selon les observateurs israéliens, cette coalition pourrait ne pas faire long feu compte tenu de la réalité sociopolitique du pays.

Le discours du nouveau premier ministre, Naftali Benett devant la Knesset a été marqué par des tumultes. Les députés de l’opposition ont été très hostiles au nouveau premier ministre. Ils ont été par la suite mis à la porte du parlement à cause de leur comportement jugé inacceptable. Naftali Bennett a dénoncé “un climat de  haine et de  décomposition du pays”. Il faut mettre fin à cette folie, a déclaré l’actuel chef de primature primature israélienne.

Source: Le Figaro

Marc Wisly HILAIRE

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook