La distinction de la huitième édition du prix Phillipe Chaffanjon est décernée à la journaliste de Ayibobo Post, Laura Louis pour son reportage intitulé: ” Tate tifi – le test de virginité qui traumatise des femmes en Haïti”.

La jeune journaliste Laura Louis, très appréciée sur la toile pour ses travaux pertinemment bien traités, continue de briller dans le métier du journalisme. Ainsi décroche-t-elle la distinction de la dernière édition du prix Phillipe Chaffanjon aux côtés de la journaliste Challote Pudlowski pour son podcast titré :” Où peut-être une nuit”.

Ce prix est décerné chaque année à des journalistes français et haïtiens pour un reportage pertinent et original. Le travail de Laura Louis a été réalisé en collaboration avec deux autres journalistes de Ayibobo Post. Il s’agit de Valerie Baeriswyl pour la prise des photos et Philicien Casimir pour la réalisation de la vidéographie. Grâce à cette distinction, la jeune professionnelle est devenue la première femme journaliste en Haïti à décrocher ce prix.

Surnommée contre sa volonté la superstar de Ayibobo Post, Laura Louis figure parmi les jeunes haïtiens qui font du journalisme utile. Ses textes, les uns plus pertinents que les autres, traitent des sujets sensibles et tabous, le plus souvent ignorés du grand public. Et d’ailleurs, le reportage qui lui a valu cette distinction aborde lui aussi ces genres de sujets. À travers ce travail, Laura Louis allume les projecteurs sur des parents haïtiens qui vérifient le vagin de leurs filles en vue de s’assurer qu’elles sont vierges ou pas. Aussi bizarre que cela puisse paraître, ces pratiques sont toujours d’actualité en Haïti en plein 21ème siècle.

À travers ce brillant reportage, Laura Louis a rencontré des anciennes victimes de cette pratique qui aujourd’hui sont devenues adultes mais demeurent traumatisées par cette mauvaise expérience. En dépit du nombre d’années séparant les victimes d’une expérience aussi répugnante, cette dernière a encore des répercussions sur leur vie actuelle.

Si Laura Louis a pu décrocher ce prix, il n’est pas anodin de féliciter les photographe et vidéographe Valérie Baeriswyl et Philicien Casimir pour leur touche magique apportée dans la réalisation de ce travail de reportage. Laura Louis a su bien exploiter le côté artistique de ses collaborateurs pour offrir ce prix à Haïti,  actuellement ravagée par l’instabilité politique, l’insécurité et la pandémie de Covid-19.

Laura est étudiante finissante en Travail Social à la Faculté des Sciences Humaines de l’Université d’État d’Haïti. Elle a intégré l’équipe de rédaction de Ayibobo Post en 2018. Et depuis, elle n’a pas cessé de convaincre les lecteurs et les  lectrices du monde des médias numériques par les qualités la qualité de ses travaux qui sortent toujours de l’ordinaire. En 2019, elle a décroché le prix du Jeune Journaliste de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF).

L’équipe de rédaction de Mano Actualité dans son ensemble félicite grandement la travailleuse de la presse pour cette distinction, tout en lui souhaitant bonne continuité sur la route qu’elle a elle-même forgée.

Marc Wisly HILAIRE

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook