Haïti / Insécurité: Fanmi Lavalas apporte son soutien aux victimes des gangs armés.

Dans une note de presse parue le lundi 7 juin 2021, l’organisation politique “Fanmi Lavalas”, exprime sa solidarité aux victimes dans les quartiers populaires dont Cité-Soleil, Bel Air, Delmas 2, 4, et 6 ainsi que ceux de Martissant et de Fontamara.

La structure politique Fanmi Lavalas dit condamner le régime en place qui, selon ses dires, utilise tous les moyens pour terroriser la population qui réclame une nouvelle forme d’État. À en croire le parti politique de l’ancien prêtre Jean-Bertrand Aristide, au cours des dix dernières années, PHTK a complètement détruit le pays. Aussi  a-t-elle dit, “le pouvoir criminel” a brisé toutes les institutions de l’État en les transformant en repaire d’incompétents. Pas d’emplois, pas de nourriture, pas d’hôpital, pas de sécurité. Ajouté à cela, le régime s’associe aux gangs armés pour continuer de retenir la population dans la misère abjecte, peut-on lire dans la note.

Plus loin, Fanmi Lavalas critique une frange de la communauté internationale, notamment l’OEA qui supporte encore Jovenel Moïse au pouvoir. “En dépit de nombreux mouvements et manifestations organisés dans le pays, il y a une partie de la communauté internationale qui ne cesse pas de soutenir le projet anti-haïtien du PHTK”, ont  écrit les responsables de cette structure politique.

Fanmi Lavalas, qui fouille dans les annales de l’histoire, a rappelé que depuis 1990, l’OEA n’a jamais travaillé dans les intérêts du peuple haïtien. La structure politique a critiqué l’Organisation des États Américains pour son ingérence dans les élections de 2011 et de 2017, qu’elle qualifie de “coup d’État électoral”.

Aussi a-t-elle déploré le mutisme de l’organisation hémisphérique durant les deux coups d’État perpétrés contre l’ex-président Jean-Bertrand Aristide élu démocratiquement.

En se référant aux dernières déclarations du secrétaire général de l’OEA, Luis Almagro, favorable à la prolongation du mandat de Jovenel Moïse ainsi qu’à son projet référendaire,  Fanmi Lavalas estime que cette organisation n’est pas crédible pour aider à résoudre la crise politique actuelle.

Le parti politique Fanmi Lavalas dit qu’il continuera à se positionner dans la bataille aux côtés de la population haïtienne, jusqu’à ce que les choses changent. La structure politique croit que la mobilisation est “l’outil légitime” de la population qui doit amener directement à une transition de rupture par rapport au statut quo. Fanmi Lavalas à travers cette note, opte pour l’établissement “d’un gouvernement de salut public”, capable de jeter les fondations d’un nouvel État qui prendra en compte les revendications des masses.

Marc Wisly HILAIRE

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook