Haïti/Sécurité : Le secteur privé des affaires invité à rompre le silence et à agir dans le sens du bien commun.

Le Docteur Réginald Boulos n’entend pas rester indifférent face à la dégradation de la situation sécuritaire du pays qui commence déjà, a-t-il souligné, à déboucher sur une crise humainitaire. Dans une correspondance datée du 5 juin 2021 adressée , en tant que citoyen engagé, à ses collègues du secteur privé des affaires, il les invite à sortir de leur silence. Car, a-t-il souligné, toute silence ne peut être que complice.

Docteur Réginald Boulos

La correspondance

Dans cette correspondance adressée à ses collègues du secteur privé, le docteur
Pierre Réginald Boulos décrit un tableau sombre de la situation sécuritaire du pays notamment avec ce qui se passe à Martissant, à Cité-Soleil, au Bel’Air où les affrontements se multiplient, les morts, les blessés, les maisons et entreprises incendiés ne se comptent plus, indique M. Boulos. La population, dit-il, est livrée à elle-même et aux gangs qui font régner leur loi forçant des dizaines de milliers de personnes à fuir les zones de tensions sous les regards impuissants de la police nationale d’Haiti.

Les déclarations de Boulos

“Ces inombrables victimes civiles sont nos employés anonymes”, écrit l’homme d”affaires qui invite ses pairs du secteur privé des affaires à ne plus rester passifs face à une situation qui, selon lui, peut devenir comateux et suicidaire. Il faut, fait-il valoir, une réaction commune pour la remise sur pied de l’État de droit et voler au secours de la population qui subit depuis longtemps la loi des gangs sous le regard, juge-t-il, complice de l’État et des forces – pour répéter ses propos – dites de sécurité.

“Nous devons en appeler à la responsabilité immédiate de ceux qui prétendent nous diriger et qui sont en ce moment aux abonnés absents”, a écrit l’homme d’affaires et dirigeant de parti politique pour qui le silence de ces derniers est inacceptable, leur inaction complice et leur indifférence coupable. Pierre Réginald Boulos croit qu’il faut des réponses institutionnelles solides, réfléchies, vigoureuses en lieu et place des solutions individuelles.

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook