Haïti: Les Nations Unies alarmées se dit prêtes à se solidariser avec les victimes.

Depuis des semaines, les guerres entre gangs rivaux deviennent monnaies courantes dans la région métropolitaine de Port-au-Prince, constatent les Nations-Unies dans un communiqué de presse publié le samedi 5 Juin 2021. Cette occasionne une crise humanitaire avec des centaines de familles deplacées dont la plupart se retrouve dans la rue après que leurs abris aient été incendiés dans des conditions troublantes .

La dégradation de la situation sécuritaire en Haïti préoccupe au plus haut point les Nations-Unies, notamment avec les dernières évolutions où les affrontements entre gangs rivaux deviennent fréquents dans la région métropolitaine de Port-au-Prince. C’est du moins la description faite par l’ONU dans un communiqué de presse publié samedi.

L’organisation mondiale représentée dans le pays par le Bureau Intégré des Nations-Unies, a exprimé ses vives préoccupations notamment les situations qui se développent depuis plusieurs semaines au Bel-Air, à Cité-Soleil et actuellement à Martissant où des centaines de familles laissent tout ce qu’elles possèdent pour fuir les affrontements entre les deux principaux gangs(Grand-ravine et Tibwa). “Ces graves incidents, recensés notamment à Martissant, Cité-Soleil et Bel Air, font de nombreux morts et blessés. Ils contraignent également des centaines de familles à fuir leur domicile pour assurer leur sécurité.”, peut-on lire dans le communiqué.

L’ONU attire également l’attention sur la situation des habitants du camp Toussaint brave à Delmas qui ont vu leurs abris et tout ce qu’ils possèdent voler en fumé dans un incendie suspect le 1er Juin dernier. Elles sont plus de deux cent à avoir été victimes du drame. Ces familles tout comme celles de Martissant, du Bel-Air et de Cité-Sileil éparpillées dans la nature ont besoin d’assistance, fait remarquer l’organisation des Nations-Unies à travers ledit communiqué.

En ce sens, dit-elle: “La communauté humanitaire est entièrement mobilisée pour appuyer les autorités nationales et municipales. Ainsi les acteurs locaux qui font preuve d’une grande solidarité communautaire, dans la provision d’une assistance immédiate à ces populations et l’élaboration de solutions de relocalisation lorsque nécessaire et possible”.

En pleine période de forte résurgence de la covid-19, la situation sécuritaire du pays laisse à désirer, a en croire le communiqué de L’ONU. Alors les cas de personnes atteintes de la pandémie continuent d’augmenter, les décès en hausse la dégradation de la situation sécuritaire avec les nombreux morts et blessés compliquent davantage le travail des hopitaux déjà débordés.

Jeannot Antoine

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook