Haïti/ Justice: Libération de certaines femmes à l’occasion de la fête des mères.

Cette initiative s’inscrit dans la perspective de marquer cette célébration populaire mais aussi pour réduire le taux de détention préventive prolongée dans les prisons haïtiennes. En présence du doyen du Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince, le Juge Bernard St-Vil, le commissaire du gouvernement de la juridiction de Port-au-Prince a procédé à la libération de six (6) femmes dans la prison civile pour femmes de Cabaret, le vendredi 28 mai dernier.

Les prisons haïtiennes regorgent de détenus dont la grande majorité n’ont jamais vu un juge. C’est la réalité à la fois des hommes et des femmes qui se trouvent derrière les barreaux. En prélude à la fête des mères, le parquet de Port-au-Prince a voulu rendre hommage aux femmes notamment aux mères. Dans cette perspective, Me Bedford Claude, le chef du parquet de la juridiction de Port-au-Prince, a procédé à la relaxation de six femmes qui étaient détenues à la prison civile de Cabaret, dont l’une d’entre elles avait fini de purger sa peine, a-t-il fait savoir.

Cet édifice carcéral construit pour un montant d’environ huit millions de dollars américains peut recevoir 300 détenues. Elle a pour mission la réadaptation et la réinsertion des femmes en conflits avec la justice.

Le respect des procédures

Selon le chef du parquet, les dossiers de ces femmes ont été traités sous le regard du Doyen du Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince, le juge Bernard St-Vil qui a également assisté au processus de libération.

Cette démarche, précise le CG, participe des efforts conssentis par le gouvernement en vue de combattre la détention préventive prolongée dans le système carcéral haïtien.

Le système carcéral haïtien en chiffres

Un rapport publié par la MINUSTAH en octobre 2012 indique que sur les 8.572 personnes actuellement emprisonnées en Haïti, 6.170 sont en détention préventive. Le plus fort taux est enregistré dans la capitale où se trouve près de 40% de la population carcérale d’Haïti. Là, le taux de détention préventive prolongée a été estimé à 90,48%.

À coté de tout cela, la mission onusienne a également passé en revue les conditions de détentions. Alors que les normes internationales prévoient 4.5 m2 par détenu, au pénitencier national, condamnés et non-condamnés se cotoient dans un espace se 0.6 m2, déplore l’Office de la Protection du Citoyen. Être incarcéré dans ce centre carcéral, poursuit l’OPC, est la punition la plus dure. En effet, dans cet espace créé pour mille détenus, vivaient plus de 3 mille 557.

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!
5 thoughts on “Haïti: Libération de certaines femmes à l’occasion de la fête des mères.”
  1. I think other website proprietors should take this web site as an model, very clean and excellent user friendly style and design, as well as the content. You are an expert in this topic!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook