Fusillade: 11 personnes tuées et 32 autres blessées dans une école russe

Une fusillade dans une école de Kazan, en Russie, a occasionné ce mardi matin la mort de neuf personnes dont huit élèves, un enseignant et deux autres personne, et trente-deux autres personnes auraient été blessées, rapportent les médias locaux.

La Russie a enregistré ce mardi la plus grande fusillade sur son territoire dans un établissement scolaire depuis 2018. En dépit des contrôles stricts des armes dans le pays, des individus arrivent aujourd’hui à tromper la vigilance des services de sécurité pour perpétrer cette fusillade. Selon les médias locaux dont Le Moscou Times, TASS et Ria Novosti, les forces de l’ordre ont procédé à l’arrestation d’un adolescent suspecté  et tué une personne.

Le déroulement des faits

Âgé seulement 19 ans, l’adolescent soupçonné possède un permis de port d’arme. Ce qui lui a donné le droit de circuler avec une arme. Mais malheureusement, il l’aurait utilisé pour mettre fin à la vie de ses camarades de classe. Dans cette même affaire, les agents de police dépêchés sur les lieux ont stoppé un autres tueurs dans les périmètres de l’école lors des échanges de tirs, ont indiqué les médias susmentionnés. Des témoins auraient rapporté qu’ils avaient  entendu une explosion accompagnée de forte fumée et des coups de feu dans le bâtiment de l’école. 

La réponse du Kremlin

Les autorités policières russes ont annoncé un renforcement des dispositifs de sécurité dans les autres établissements scolaires de Kazan. Le Kremlin de son côté, a ordonné d’élaborer en urgence un nouveau cadre relatif au “type d’armes autorisé à la circulation au sein de la population civile”. Tout en demandant d’étudier le type d’arme utilisé lors de cette fusillade. 

Ce n’est pas pour la première fois que se produisent ces incidents au pays de Mikhaïl Gorbatchev. En octobre 2018, un lycéen avait tué 19 personnes avant de se suicider. Le drame a été produit dans un Lycée de Kertch, situé dans la péninsule ukrainienne de Crimée, annexée depuis 2014 par l’État russe. Un autre lycéen avait assassiné, en novembre 2019, un  élève et avait blessé trois autres juste avant de se donner la mort dans un Lycée
technique à Blagovechtchensk. Cette petite ville  d’Extrême-Orient russe partage sa frontière avec la Chine. Sans oublier de nombreux projets d’attaques d’établissement scolaires déviés par la la police du pays. Des adolescents sont souvent impliqués dans ces projets d’attaque visant à assassiner des écoliers ainsi que des enseignants.

Source: BFM avec AFP.

Marc Wisly HILAIRE

Aidez-nous en partageant l'article ! Sipote nou, pataje atik la ak tout moun!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook